Tour de France 2019 : Bardet parle de " vrai supplice "

Tour de France 2019 : Bardet parle de " vrai supplice "©Media365

Aurélien CANOT, publié le samedi 20 juillet 2019 à 21h25

Revenu sur son compte Instagram sur son calvaire de samedi lors de la 14eme étape conduisant les couleurs au Tourmalet, Romain Bardet emploie des mots très forts pour décrire ce qu'il a traversé samedi, et plus encore depuis le début de ce Tour de France 2019. L'Auvergnat va même jusqu'à parler de « vrai supplice ».

Les mots sont très forts, mais probablement moins que la douleur qui habite Romain Bardet quelques heures après avoir vécu un enfer lors de la 14eme étape du Tour de France, ce samedi entre Tarbes et le Col du Tourmalet. Déjà passé au travers depuis le début de cette Grande Boucle, le leader de l'équipe AG2R-La Mondiale a touché le fond, samedi en explosant dès le premier col de la journée, le Col du Soulor, pour finalement terminer à plus de vingt minutes du vainqueur français du jour Thibaut Pinot et de rallier l'arrivée en compagnie du... Gruppetto. Vous l'aurez compris : rien ne va pour l'Auvergnat, qui participe à son septième Tour, de loin le pire pour le moment pour celui qui avait terminé sur le podium en 2016 (2eme) comme en 2017 (3eme). Après son calvaire du jour, Bardet, après avoir refusé de s'exprimer à chaud, a tenté de mettre des mots sur ce qu'il vit depuis le départ de Bruxelle, et plus encore sur son samedi cauchemardesque dans les Pyrénées qui l'a déjà obligé à faire une croix sur le podium, pour ne pas dire le Top 10. Des mots choisis, des mots durs, à l'image de la souffrance actuelle du champion français aujourd'hui relégué dans l'ombre de Julian Alaphilippe et Thibaut Pinot. Un Bardet qui n'hésite pas à parler de « vrai supplice ».


Bardet : « Merci du fond du coeur à mes copains »

« Une ombre vagabonde cauchemardesque que je traîne depuis deux semaines à chaque coup de pédale. Réaliser et admettre que je ne suis pas du tout au rendez-vous fixé est un vrai supplice, ce n'est pas le moment de se pencher sur les raisons, une autre course commence désormais et si les jambes ne peuvent me porter là où je devrais, j'espère que le moral saura compenser », écrit Bardet, qui en profite pour remercier ses coéquipiers pour tout ce qu'ils lui apportent dans cette période des plus délicates. « Merci du fond du cœur à mes copains et à toutes l'équipe AG2R-La Mondiale qui me soutient dans ces moments difficiles. » Sans oublier le public, lui aussi toujours présent pour le Brioudais. « A vous tous sur les rythmes qui vibrez pour le cyclisme français me donnant toujours la force d'espérer. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.