Pogacar : " Le meilleur a gagné "

Pogacar : " Le meilleur a gagné "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le jeudi 21 juillet 2022 à 20h30

Jonas Vingegaard a définitivement fait basculer le Tour de France 2022 en sa faveur à l'issue d'une 18eme étape dont il est sorti victorieux au sommet d'Hautacam après avoir fait craquer Tadej Pogacar. Découvrez les réactions des principaux acteurs de la course.



Jonas Vingegaard (DAN/Jumbo-Visma) - Vainqueur de l'étape et maillot jaune

« On peut dire que c'est un chef-d'œuvre, mais alors c'est celui de toute une équipe. Je dois tous les remercier pour ce qu'ils ont fait aujourd'hui (jeudi). Les attaques de Tadej Pogacar étaient très fortes aujourd'hui (jeudi). C'est seulement à partir du moment ou Wout Van Aert a porté l'accélération qui a lâché Tadej Pogacar que j'ai vraiment pris confiance pour la victoire d'étape. A ce stade-là, j'étais moi aussi à la limite. Mais quand nous avons creusé un écart, ensuite ça a été beaucoup mieux. J'ai augmenté mon avantage au classement général, mais je ne veux pas encore penser à la victoire finale. Je continue de prendre la course au jour le jour. Il faut rester concentré, car il peut toujours se passer des choses sur l'étape de demain (vendredi), et ensuite il y a un chrono à disputer sérieusement. Samedi soir, je pourrai en parler. »

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - 2eme et maillot blanc

« Il ne pouvait pas y avoir une plus belle manière de perdre le Tour de France. J'ai tout donné, en pensant au classement général, et je pourrai quitter la course sans regrets. Il n'y a plus qu'une étape que je puisse gagner jusqu'à Paris, et je ferai tout pour. Jumbo-Visma a fait un travail parfait sur ce Tour de France. Je leur tire mon chapeau. Et aujourd'hui (jeudi), le meilleur a gagné, Jonas Vingegaard était plus fort que moi. J'ai commencé à attaquer au maximum dans l'avant-dernière ascension, mais je pensais qu'il me restait encore des forces pour la dernière montée. Malheureusement, je suis tombé et cette chute m'a coûté de l'énergie. J'ai essayé de suivre les Jumbo-Visma jusqu'au bout, mais ils étaient trop forts. Je n'ai que du respect pour Jonas Vingegaard, et je pense qu'on se respecte mutuellement. Quand il m'a attendu, il était dans une position pour le faire puisqu'il avait des coéquipiers à tous les échelons de la course. J'ai voulu attaquer dans la descente, mais je suis allé un peu trop loin et je suis tombé. »

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - 3eme et maillot vert

« Je suis avant tout fier de tout ce qui a été fait par l'équipe aujourd'hui (jeudi), et personnellement fier d'avoir pu y contribuer. Quand j'ai entendu dans mon oreillette que Tadej Pogacar était lâché, je me suis dit qu'il fallait que je donne tout ce qui restait d'énergie dans mon corps. C'est ce que j'ai fait, et ensuite Jonas Vingegaard a pu continuer tout seul en solitaire pendant trois kilomètres. On voulait attaquer aujourd'hui, car le signal qui a été envoyé dans l'étape d'hier par les UAE Team Emirates exigeait de nous de rester très concentrés et de prendre la course à notre compte. C'est pour cela que j'ai attaqué dès le kilomètre zéro. En tout cas c'était fou... Une des journées les plus incroyables de ma carrière. Je ne pouvais pas faire davantage, lorsque que j'ai lâché j'étais à ma limite. Je termine troisième et c'était peut-être un bon test pour savoir si je peux un jour viser le maillot jaune. Mais j'ai pu le faire sur une journée, alors qu'hier (mercredi) j'ai perdu vingt minutes. Le faire pendant toute la durée du Tour, c'est autre chose. Je me rends compte à l'arrivée que j'aurais aussi pu avoir le maillot à pois... Si j'avais su, j'aurais sprinté à l'Aubisque ! »

Geraint Thomas (GBR/Ineos Grenadiers) - 4eme

« Je me sens soulagé que ce soit fini. J'ai senti que je suis passé par des hauts et des bas aujourd'hui (jeudi) mais je me suis senti pas mal. Quand les attaques ont commencé, j'ai mené mon propre rythme. Dans la dernière ascension, je voulais rester avec Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar jusqu'à la partie pentue. Ensuite, j'ai un peu coincé. J'ai eu une crevaison ce qui n'a pas aidé, mais je me suis beaucoup mieux senti après. Nous avons l'étape de demain (vendredi) avec du vent de côté toute la journée. Ensuite, il y a le contre-la-montre, j'espère bien récupérer pour cela. »

David Gaudu (FRA/Groupama-FDJ) - 5eme et 1er Français

« Mon combat du jour, ce n'était pas Tadej Pogacar, Jonas Vingegaard et Geraint Thomas, mais Nairo Quintana et les autres. Je suis resté avec eux, j'ai pu compter sur un très grand Valentin Madouas et un très grand Thibaut Pinot à l'avant. Le plus dur, c'était de lâcher Nairo Quintana, et après ça s'est bien goupillé. Je suis revenu sur Valentin Madouas, qui a roulé, puis sur Thibaut Pinot, qui a roulé aussi, et après je n'avais juste qu'à lâcher la fin de mes forces. Il y a des jours comme ça où tout se goupille bien. J'aurais signé pour être quatrième du général. Beaucoup disent que faire quatre, cinq ou sixième du Tour, on s'en fout, ça ne sert à rien, mais ils ne se rendent pas compte de l'effort qu'il faut fournir et du niveau qu'il faut avoir. Je suis fier d'être actuellement quatrième du général. Les trois de devant sont plus forts que moi, il n'y a pas à rougir de finir derrière ces gars-là. »

Thibaut Pinot (FRA/Groupama-FDJ) - 10eme

« J'étais un peu mieux qu'hier (mercredi) donc je suis quand même content de finir la montagne sur une note pas trop mal. Quand j'ai vu Wout Van Aert faire le train dans l'avant-dernier col, j'ai compris qu'il était dans une très, très, très grande journée. Et vu qu'en haut, on n'était plus que trois, ça montre qu'il n'y avait que des costauds. Il était dans un grand jour, j'étais déjà content de basculer avec lui en haut du col de Spandelles, je savais que je pouvais servir de point d'appui ensuite pour David Gaudu pour l'aider. J'ai fait ce que j'ai pu. »

Nairo Quintana (COL/Arkéa-Samsic) - 13eme de l'étape

« J'ai tout donné, je n'avais pas les meilleures sensations. J'étais un peu essoufflé, ce n'est pas une excuse, on a bien travaillé jusqu'au bout et nous avons fait un grand Tour de France. Je pense que nous allons finir à une bonne position au classement général. J'espère réaliser un contre-la-montre correct samedi et finir à la cinquième place. Cela donne beaucoup de confiance, nous allons aller en World Tour. Le travail est bien exécuté, la dynamique s'améliore. Nous allons continuer à travailler. »

Romain Bardet (FRA/DSM) - 17eme

« Quand je vous disais que je n'avais pas de certitude sur mon niveau en début de Tour, ce n'était pas pour botter en touche. J'ai pris un coup de chaud dans le Col de Spandelles et j'ai rôti. Quand je suis cramé, je ne supporte pas la chaleur. Déjà avec une préparation idéale c'est pas évident, mais alors sans... Tant que ça se passe bien, on espère toujours qu'on va passer à travers. J'avais l'impression d'être bien, je voulais attaquer dans l'Aspin mais je me suis dit qu'avec mes bonnes jambes j'allais attendre, et j'ai pris un coup de chaud au pied de Spandelles. J'aurais dû m'écouter et prendre un coup d'avance. Je me suis repris dans la dernière montée, je me suis battu, c'est ce que je devais à l'équipe. Mais quand on est dans les voitures, ce n'est pas très drôle. Finalement, le Col du Granon aura été la seule satisfaction de ce Tour, c'est un peu dépitant de faire du vélo en second rideau. »

Sources : site officiel du Tour de France, Cyclism'Actu, AFP

Vos réactions doivent respecter nos CGU.