Pinot : " Mon devoir, maintenant, c'est d'aller jusqu'à Paris "

Pinot : " Mon devoir, maintenant, c'est d'aller jusqu'à Paris "©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, publié le mardi 15 septembre 2020 à 11h30

Touché notamment au dos depuis le début du Tour de France à cause d'une chute, Thibaut Pinot est revenu sur ses deux semaines de galère. Malgré tout, le coureur de la formation Groupama - FDJ attend bien se battre jusqu'au bout.



Clairement, ce n'est pas le Tour de France auquel il s'attendait. Placé parmi les favoris, Thibaut Pinot a malheureusement vite dû revoir ses plans à cause d'une chute à Nice, lors de la 1ere étape. Victime d'hématomes au niveau de la musculature lombaire et d'une inflammation du sacrum, le Français vit depuis un calvaire sur les routes de France. « Est-ce que je passe par des hauts et des bas depuis le départ ? J'ai envie de dire qu'il n'y a que des bas. J'ai une autonomie de trente minutes d'effort maximal où j'arrive à tenir à peu près les meilleurs. Après, je suis vite limité. Je ne peux pas développer ce que je veux, et certains jours, je suis le plus mauvais du peloton. A la base, j'avais prévu de faire vraiment autre chose que de batailler pour ne pas être dans le gruppetto... Mais depuis que je suis tombé, c'est une galère. J'ai rarement eu des jambes aussi mauvaises. Je ne peux pas appuyer sur les pédales : je force deux fois plus que ce que je devrais. Je suis dans un état de fatigue largement supérieur aux autres coureurs. J'ai l'impression de faire deux étapes à chaque fois », a confié le Franc-Comtois à L'Equipe.

« Tant que je peux continuer, je continuerai »

Pour autant, Pinot ne compte pas abandonner et veut aller au bout. « Mon devoir, maintenant, c'est d'aller jusqu'à Paris, a-t-il expliqué. Le Tour, c'est la seule course qu'on n'a pas le droit d'abandonner. Tant que je peux continuer, je continuerai. » Un objectif bien plus modeste pour le moment, alors que certains espéraient le voir au moins gagner une étape ou se battre pour le maillot à pois. Pas au mieux physiquement, le Français imagine même faire une croix sur les Mondiaux, qui auront lieu à Imola le 27 septembre. « Aujourd'hui, il n'y a aucune raison que j'y sois. Je n'ai pas envie de prendre la place de quelqu'un juste parce que je m'appelle Thibaut Pinot : je n'ai pas la condition pour aider Julian (Alaphilippe) ou un autre à gagner », a reconnu le coureur de la formation Groupama - FDJ, qui passe chaque jour de longues heures entre les mains d'un osthéopathe et d'un kinésithérapeute. « Il me maintiennent en vie, on va dire », a expliqué le natif de Mélisey. Questionné sur la suite de sa carrière, l'intéressé a préféré botter en touche. « Pour l'instant, je ne veux pas parler de ça. Je veux finir le Tour », a lancé Pinot, concentré sur son nouvel objectif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.