Pidcock : " Tout a marché parfaitement "

Pidcock : " Tout a marché parfaitement "©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le jeudi 14 juillet 2022 à 21h05

A l'issue d'une longue échappée, Tom Pidcock a dompté l'Alpe d'Huez quand Jonas Vingegaard a su juguler les offensives de Tadej Pogacar. Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la course.


Tom Pidcock (GBR/Ineos Grenadiers) - Vainqueur de l'étape et combatif du jour

« Une première victoire, ce n'est pas si mal ! L'idée, c'était de prendre l'échappée. J'avais perdu assez de temps dans l'étape d'hier (mercredi) pour que cela me donne la liberté de le faire. Dans la première montée, je ne pense pas qu'on m'aurait laissé partir, mais dans la descente je ne pense pas que les Jumbo-Visma étaient prêts à prendre des risques pour me chasser. Au final, je gagne à l'Alpe d'Huez et je fais mon retour dans le Top 10. Tout a marché parfaitement. Gagner à l'Alpe d'Huez à ma première participation au Tour, c'est irréel, la plus belle de toutes mes expériences. J'ai dû faire du slalom dans la montée pour éviter les gens, les drapeaux... On ne peut vivre ça nulle part ailleurs ! Cette montée est tellement longue que j'ai choisi de m'installer dans mon propre rythme et ne pas chercher à aller au-delà. C'était nécessaire de garder des forces pour aller jusqu'au bout. »

Chris Froome (GBR/Israel-Premier Tech) - 3eme de l'étape

« Je me sens de mieux en mieux et je voulais viser une étape comme celle d'aujourd'hui (jeudi). J'ai tenté ma chance dans l'échappée et j'ai tout donné. Je n'ai aucun regret, je n'avais plus rien à donner dans cette dernière ascension. Tom Pidcock et Louis Meintjes en avaient plus dans le réservoir que moi. Quand je vois le chemin parcouru pendant trois ans, de cette lutte après mon accident à cette troisième place sur l'une des étapes les plus difficiles du Tour, je peux vraiment être heureux. Naturellement, j'aurais adoré lever les bras et gagner l'étape, mais j'ai tout donné aujourd'hui (jeudi). Je ne sais pas quelles sont mes limites. Je vais continuer à essayer de m'améliorer et j'espère pouvoir recommencer. »

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - 5eme et maillot blanc

« Après ce qui s'est passé hier (mercredi), j'étais pas confiant à 100%, mais les sensations étaient tout de même bonnes aujourd'hui (jeudi). Je m'attendais à ce que les Jumbo-Visma contrôlent la course de cette façon car ils ont une très bonne équipe pour le faire. Lorsque j'ai essayé d'attaquer, Jonas Vingegaard n'a jamais contre-attaqué, ce que j'aurais bien aimé et cela m'aurait permis de répondre à mon tour. Mais il m'a simplement suivi, et je n'étais pas assez fort pour le lâcher. Je sais ce qui s'est passé hier (mercredi) et ça ne se reproduira plus, j'ai dépensé trop d'énergie dans la montée au Galibier. Maintenant, il m'est déjà arrivé de me retrouver dans cette position et c'est à moi d'attaquer maintenant. Jonas Vingegaard est impressionnant, bien sûr, mais nous allons batailler tous les deux jusqu'au bout. Je donnerai tout ce que je peux. »

Jonas Vingegaard (DAN/Jumbo-Visma) - 6eme et maillot jaune

« Je m'attendais à ce que Tadej Pogacar attaque aujourd'hui (jeudi), comme je m'attends à ce qu'il attaque tout au long de ces deux semaines. J'ai beaucoup de chance d'être soutenu par une équipe qui est probablement la meilleure équipe du Tour, comme nous l'avons prouvé hier (mercredi) et aujourd'hui (jeudi). Ma confiance dans mon équipe est énorme. Mais au bout d'un moment, on arrive toujours à un combat d'homme à homme avec Pogacar. J'avais suffisamment de jambes pour le suivre dans la dernière montée, mais je ne savais pas si j'en avais assez pour le lâcher et je ne souhaitais pas me rendre vulnérable. Si j'avais attaqué, il m'aurait peut-être lâché sur une contre-attaque. »

Romain Bardet (FRA/DSM) - 11eme

« Ce n'était pas une super journée. J'ai pris un coup de chaud au milieu de l'Alpe d'Huez donc j'ai préféré prendre mon rythme, parce que sinon c'était un coup à exploser complètement, et ce n'est pas ce que je voulais. Cela ne s'est pas joué à grand chose car ça ne montait pas plus vite devant, j'aurais dû me positionner un peu mieux peut-être. C'était magique, j'ai été super encouragé toute la journée, j'étais super content. J'avais les jambes dures quand même, mais surtout je trouvais qu'il faisait très très chaud aujourd'hui (jeudi) au pied de l'Alpe. On a essayé de tout faire, mais c'est monté vite le pied, et j'ai dû freiner un peu pour arriver à bon compte. C'est une question de gestion, soit essayer de tenir trente secondes de plus et peut-être si ça ne montait pas plus vite je pouvais tenir, soit si ça continuait à cette allure j'explosais en route. J'ai préféré prendre mon rythme, et je savais que je pouvais le tenir jusqu'à l'arrivée. Je faisais un peu l'élastique. C'est le Tour de France aussi : les journées où on est moins bien, il faut savoir faire le dos rond. Vers le milieu de l'ascension finale, quand j'ai commencé à manquer d'eau je sentais que je commençais à avoir des frissons, le pouls qui commençait à taper dans les tempes. »

David Gaudu (FRA/Groupama-FDJ) - 13eme

« Il y a un peu de déception. C'est sûr que c'était dur avec cette chaleur... Mais ça fait chier, j'ai pas confiance en moi. J'ai peur d'exploser, du coup je monte à mon rythme alors que je peux peut-être les accrocher devant. Là je suis déçu. Je manque de confiance en moi depuis le Dauphiné et la dernière étape où j'avais explosé. Je sais pas combien il y a d'écart sur la ligne, mais j'ai fini fort les deux derniers kilomètres. Voilà c'est comme ça, on a raté le coche aujourd'hui (jeudi). Après c'est pas terminé, on est qu'à la deuxième étape de montagne. Je sais qu'en troisième semaine, généralement j'ai de bonnes sensations, donc on ne va pas paniquer. La confiance va revenir toute seule. L'objectif c'était de suivre les meilleurs toute la journée. L'équipe a fait un super boulot. Après, Nairo Quintana a craqué un peu aussi... C'est pas une super journée, ni la pire qu'on ait eu. Maintenant on va essayer de récupérer et de mettre le cap sur la fin de semaine. »

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - 47eme et maillot vert

« C'était une très dure journée. Jonas Vingegaard a pris le maillot jaune hier (mercredi), donc nous savions très bien ce que nous avions à faire. Cette fois-ci, il s'agissait d'un travail défensif, mais c'est aussi très difficile. Au final, cela s'est bien passé. L'objectif, c'était d'éviter qu'aucun des adversaires directs de Jonas Vingegaard ne lui prenne du temps. On ne cherchait pas la victoire d'étape. Donc nous avons accéléré en montant à la Croix-de-Fer, puis ensuite dans la montée de l'Alpe d'Huez où j'ai dû me donner dans la première partie. Dans ces séquences-là, c'est mon travail de me mettre à la limite, alors que dans la vallée j'ai pu rouler plus tranquillement. Nous avons beaucoup gagné en confiance avec l'étape d'hier (mercredi), donc nous voulions aussi montrer que nous sommes à notre place. »

Simon Geschke (ALL/Cofidis) - 85eme et maillot à pois

«  Je sens qu'il y a beaucoup de monde qui court après mon maillot à pois. Alors je suis très content d'avoir pu le garder pour une quatrième journée consécutive. Je ne me vois pas l'emmener jusqu'à Paris, mais chaque journée où je le porte est un bonus. Et je le savoure. L'atmosphère de l'Alpe d'Huez est incroyable. C'est une journée très difficile, avec beaucoup de souffrance, mais c'était sympa d'être de retour ici. »

Sources : site officiel du Tour de France, VeloNews, Cyclism'Actu

Vos réactions doivent respecter nos CGU.