Philipsen : " Il fallait attendre l'opportunité "

Philipsen : " Il fallait attendre l'opportunité "©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 17 juillet 2022 à 20h15

A l'issue d'une étape animée, Jasper Philipsen a eu le dernier mot dans un sprint massif face à Wout Van Aert et Mads Pedersen. Découvrez les réactions des principaux acteurs de la course.


Jasper Philipsen (BEL/Alpecin-Deceuninck) - Vainqueur de l'étape

« C'est incroyable. J'ai été proche de la victoire tellement de fois. J'ai vu que j'avais dépassé Wout Van Aert mais qu'il était tout près. Il m'avait déjà passé sur la ligne d'arrivée l'année dernière.  J'ai accéléré dans le dernier virage parce que je me souvenais depuis l'année dernière que l'arrivée était très proche. C'est là que j'ai gagné des places et que j'ai dépassé Mads Pedersen. Je suis très fier de cette victoire. Il a fallu attendre la 15eme étape, mais j'ai continué à y croire. Tout le monde m'a fait confiance dans l'équipe et a continué à travailler si dur pour que j'arrive à gagner. Je savais que j'avais de bonnes jambes, mais il fallait attendre l'opportunité. Aujourd'hui (dimanche), c'était le bon moment. »

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - 2eme et maillot vert

« Bien sûr, perdre deux équipiers le même jour va changer notre Tour de France. Nous n'allons peut-être pas changer notre stratégie, mais bien sûr cela va nous affecter. Nous avons été très malchanceux aujourd'hui (dimanche). C'est comme cela : nous avions une équipe forte, mais elle restera forte. Sur la chute de Steven Kruijswijk, quelqu'un a freiné dans le peloton et il n'a pas eu le temps de le faire, il est allé au sol. C'est une chute stupide. A peine je me suis levé, j'ai vu qu'il s'était bien fait mal. Je l'ai attendu un peu pour essayer de le ramener dans le peloton, mais il ne pouvait pas. Au départ, j'espérais que l'échappée serait plus volumineuse, je préférais être à l'avant que dans le peloton. Finalement nous n'étions que trois et comme ma radio ne fonctionnait pas, je ne pouvais pas recevoir les instructions de mon équipe. Quand la voiture s'est porté à ma hauteur, on s'est demandé si c'était pertinent de poursuivre, mais le plus intelligent était d'attendre le peloton. »

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - 12eme et maillot blanc

« Il faisait vraiment très très chaud, près de 40 degrés toute la journée et à la fin c'était vraiment dur. Je suis content qu'il y ait ce jour de repos demain (lundi). Je vais prendre une douche glacée, bien dormir et j'espère qu'il n'y aura pas trop d'interviews demain (dimanche). Je ne sais pas si Jonas Vingegaard s'est fait très mal. C'est vrai qu'il n'est jamais bon de tomber mais je l'ai vu pédaler normalement et il m'a dit que ça allait. On peut dire désormais qu'on est à égalité, ça va être intéressant la semaine prochaine. »

Jonas Vingegaard (DAN/Jumbo-Visma) - 23eme et maillot jaune

« J'ai fait une petit chute aujourd'hui, mais c'est tout, je suis bien. Tiesj Benoot a aussi chuté et j'espère que tout est OK pour lui comme pour moi. Perdre Steven Kruijswijk et Primoz Roglic, c'est de loin la plus mauvaise nouvelle de la journée. Ils étaient tous les deux des équipiers importants pour nous. Ça a été une journée de m... ! Cela va bien sûr changer des choses pour notre stratégie sur l'avenir. Mais quoi qu'il arrive, on va continuer à se battre. »

Benjamin Thomas (FRA/Cofidis) - 64eme

« C'était un effort maximal dans le final. J'avais les étoiles dans les yeux, j'étais sur le 55x11 et j'envoyais tout ce que je pouvais, je ne réfléchissais plus. Cela se joue sur le fil du rasoir. J'ai tenté mon va-tout et je remercie Alexis Gougeard, avec qui on a fait un super numéro. On a tenté, on n'a rien à se reprocher. Le peloton a assez bien géré, il y avait encore des équipes organisées et c'est souvent le peloton qui décide. Aux cinq kilomètres, ça redevenait urbain. J'y ai cru. Je suis quand même satisfait de ce que j'ai fait. »

Nils Politt (ALL/Bora-Hansgrohe) - 73eme et combatif du jour

« Au départ, j'espérais qu'il y ait davantage de monde dans l'échappée. Je ne sais pas si la présence de Wout Van Aert dans le groupe nous a empêchés de progresser, mais c'est surtout à partir du moment où nous avons roulé à deux que je savais que ce serait très difficile. Mais je suis un habitué de ce genre d'échappée et je sais que le vélo c'est comme ça, donc je n'ai jamais de regrets. »

Sources : site officiel du Tour de France, AFP, L'Equipe

Vos réactions doivent respecter nos CGU.