Lotto-Soudal : Degenkolb hors délais, Gilbert abandonne... Un Tour qui commence bien !

Lotto-Soudal : Degenkolb hors délais, Gilbert abandonne... Un Tour qui commence bien !©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER : publié le dimanche 30 août 2020 à 09h35

Si le peloton du Tour de France a vécu une première étape chaotique ce samedi à Nice, l'équipe Lotto-Soudal est peut-être la plus à plaindre. La formation belge a, en effet, déjà perdu deux éléments avec John Degenkolb et Philippe Gilbert.



A peine une étape de conclue que l'équipe Lotto-Soudal se retrouve à six coureurs au lieu de huit. En effet, lors d'une première étape qui a tourné au chaos en raison d'une route rendue dangereuse par la pluie, beaucoup de coureurs ont été poussés à la faute. L'un d'entre-eux a été le sprinteur allemand John Degenkolb. A terre à 65km de la ligne d'arrivée, dans une chute qui a également ralenti son leader Caleb Ewan, l'ancien meilleur sprinteur du Tour d'Espagne n'a jamais pu rattraper le peloton. Celui qui a déjà levé les bras sur des Monuments tels Milan-Sanremo et Paris-Roubaix a passé la ligne d'arrivée de manière anonyme, près de 18 minutes après Alexander Kristoff. Un écart trop important pour les commissaires fassent preuve de magnanimité. John Degenkolb ne sera donc pas au départ de la deuxième étape ce dimanche. Mais les malheurs de l'équipe Lotto-Soudal n'étaient pas encore terminés ! Arrivé dans un large groupe onze minutes après le vainqueur du jour, Philippe Gilbert ne sera pas en mesure de reprendre la route lors de la deuxième étape, qui verra le peloton affronter le Col de la Colmiane et le Col du Turini.

Gilbert a fini avec une fracture à un genou !

Dans un communiqué, la formation belge a confirmé que l'ancien champion du monde et porteur du maillot jaune sur le Tour de France a terminé la première étape avec une fracture de la rotule du genou gauche. « J'étais en 20eme position dans le peloton quand ils sont tombés devant moi. Je suis parvenu à éviter la chute, j'ai passé deux ou trois coureurs à terre et je pensais être en sécurité mais ils sont tombés à nouveau et, cette fois, je n'ai rien pu éviter, a confié Philippe Gilbert dans un communiqué de son équipe. Nous étions une quinzaine de coureurs allongés par terre. J'ai immédiatement essayé de me relever mais c'était impossible. J'ai alors attendu là quelques minutes, accoudé à un rail de sécurité. Je suis ensuite reparti seul sans être capable de vraiment appuyer sur les pédales. J'ai pu finir l'étape dans un petit groupe de coureurs lâchés par le peloton mais sans être capable d'aider les autres. Je souffrais, une douleur que j'ai déjà connue en 2018. » En effet, il y a deux ans, Philippe Gilbert avait conclu une étape avec une blessure similaire après une chute dans la descente du Col de Portet d'Aspet et le diagnostic s'est avéré aussi lourd après des examens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.