Les réactions après la 15eme étape

Les réactions après la 15eme étape©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le dimanche 11 juillet 2021 à 19h40

Découvrez les principales réactions à l'issue de cette 15eme étape du Tour de France. Du vainqueur du jour, l'Américain Sepp Kuss (Jumbo-Visma) au grand battu du jour, le Français Guillaume Martin (Cofidis).


Sepp Kuss (USA/Jumbo-Visma), vainqueur de l'étape

« C'est incroyable ! Pour être honnête, j'ai beaucoup souffert sur ce Tour. J'ai senti qu'il me manquait quelque chose dans les jambes. Aujourd'hui (dimanche), je savais que cela se terminait là où je réside. J'étais vraiment motivé par l'étape et au final j'ai eu de très bonnes jambes. Ma copine et sa famille étaient présentes dans la dernière ascension et m'ont supporté et je veux également saluer mes parents que je n'ai pas vu depuis longtemps. C'était une journée difficile dans l'échappée et je connaissais assez bien la dernière montée. Wout (Van Aert) a fait un travail incroyable dans la vallée, et après le travail d'un champion comme lui, vous devez finir le travail. »

Alejandro Valverde (ESP/Movistar), 2eme de l'étape

« Aujourd'hui (dimanche), nous avions un peu plus de liberté, nous pouvions aller dans l'échappée et c'est ce que j'ai fait. Une fois cela fait, j'ai essayé de gagner, mais c'était difficile au sein d'un tel groupe. C'est bien d'avoir fini deuxième... même si l'emporter aurait été mieux bien sûr. L'attaque de Kuss a été violente et reprendre les 15-20 secondes de retard que j'avais était très compliqué. Il connaissait très bien le col de Beixalis, que ce soit la montée ou la descente, et il a tout fait à la perfection. De mon côté, j'ai rencontré quelques problèmes en descente dans certaines courbes. C'était important de gagner, mais c'était encore plus important de ne pas chuter. Dans une telle descente, tu peux te faire très mal. »

Wouter Poels (PBS/Bahrain Victorious), 3eme de l'étape et nouveau porteur du maillot à pois

« Ça c'est bien passé, il a fallu que je me batte sur toutes les ascensions. C'était disputé, mais ça a très bien marché, je suis très content. Pour le maillot à pois, Wout Van Aert sera un adversaire redoutable. La dernière semaine va être difficile et c'est maintenant mon objectif de me battre pour ce maillot. Je suis content de pouvoir recharger les batteries avec cette journée de repos. »

Franck Bonnamour (FRA/B&B Hotels p/b KTM), 9eme de l'étape

« Je voulais vraiment prendre l'échappée aujourd'hui (dimanche). Ça a mis un peu de temps à se faire et j'étais déjà très content d'être devant. L'altitude et la chaleur ont rendu la course difficile, mais les jambes répondaient bien, donc c'était top. J'ai assez bien géré mon étape. Après, c'est vrai qu'à cette altitude, les purs grimpeurs, à l'image de Nairo Quintana, sont vraiment à l'aise. Sur cette étape, devant moi, c'est vraiment le top mondial. J'espère être à ce niveau un jour, mais je n'y suis pas encore. »

Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step), 12eme de l'étape

« La Groupama-FDJ a fait un gros boulot dans l'échappée avec Armirail et Madouas qui ont roulé pour Gaudu. Ça a fait un beau tempo toute la journée finalement, tout le monde était bien occupé dans la roue derrière. J'étais content de passer chaque difficulté, mais je me sentais quand même fatigué. Plus les kilomètres passaient et plus j'étais concentré sur le final avec ce col de Beixalis que je connais très bien. C'est une montée très difficile et j'avais beau être bien placé au pied, ça s'est fait à la jambe et je n'avais pas assez d'énergie. La deuxième journée de repos est la bienvenue. J'ai accumulé un peu trop de fatigue je pense. Aller chercher une nouvelle victoire en troisième semaine ? Oui on est là pour ça. Mais j'ai déjà essayé beaucoup. Déjà on va bien récupérer demain (lundi) et on verra ce que nous offre la troisième semaine. Mais c'est déjà un Tour plus que réussi pour moi, et il faut savourer aussi. »

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma), 19eme de l'étape et combatif du jour

« C'est vraiment mérité pour Sepp (Kuss), il habite ici et c'est sa plus grande victoire. Il passe toute son année à travailler pour les autres, alors c'est formidable qu'il ait la possibilité de gagner aussi. C'était son jour, il est très fort en altitude, il habite ici à plus de 2000 mètres. Aujourd'hui c'était important de bien communiquer ensemble, parce que nous avions aussi à attendre Jonas Vingegaard pour l'aider. »

Guillaume Martin (FRA/Cofidis), 33eme de l'étape

« Je m'y attendais. Je m'attendais à souffrir après les efforts consentis hier (samedi). J'ai fini vraiment à la rupture dans le Port d'Envalira et je pense que je n'étais plus assez lucide pour la descente. C'est très frustrant parce que je me fais lâcher dans le premier lacet de la descente, mais j'étais à fond, tout simplement. Ensuite dans la vallée, on n'était qu'à deux avec Cattaneo et forcément c'était compliqué, on a perdu pas mal d'énergie. J'ai fait la fin avec les tripes. C'était une journée compliquée, mais je m'y attendais un peu. Si je prends les deux jours ensemble, ça reste deux journées pleines. Quand on a tout donné, on ne peut pas être déçu. La frustration peut être d'avoir perdu les roues dans la descente, mais comme je l'ai expliqué, c'était parce que j'étais à fond. Donc déception... De toute façon, je ne m'attendais pas à gagner le Tour. Je me compare à Cattaneo par exemple, j'étais échappé hier avec lui, on est souvent ensemble depuis le début du Tour. Je suis à mon niveau, tout simplement. »

Sources : Site internet officiel du Tour de France, Eurosport et France Télévisions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.