Les réactions après la 13eme étape

Les réactions après la 13eme étape©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le vendredi 09 juillet 2021 à 20h13

Retrouvez les réactions après la 13eme étape, ce jeudi entre Nîmes et Carcassonne, avec à la clé la quatrième victoire de Mark Cavendish. Le Britannique, qui partage désormais le record de succès avec Eddy Merckx, estime qu'il ne faut pas le comparer pour autant au légendaire Belge.

Mark Cavendish (GBR/Deceuninck-Quick Step), vainqueur de l'étape et toujours porteur du maillot vert
Je suis fatigué, je suis tellement mort aujourd'hui, il faisait tellement chaud. Je suis allé chercher profondément aujourd'hui. J'étais à la limite à la fin de l'étape. Pendant le sprint, j'ai vu qu'on essayait de me déborder, et j'ai essayé de suivre (Michael) Morkov. J'ai perdu un peu sa roue dans les derniers mètres, ma roue avant a glissé, j'ai eu l'impression d'avoir crevé. Je suis trop crevé pour bien réaliser que j'ai égalé le record de Merckx (34 victoires), c'est juste une victoire de plus sur le Tour pour le moment. Je ne pense pas qu'on puisse me comparer à Merckx, il restera le plus grand de tous les temps.

Benoît Cosnefroy (FRA/AG2R Citroën), 141eme de l'étape, pris dans une chute
Il y avait une descente où je sentais la chute. C'était un peu nerveux, il y avait des attaques, ça relançait la course. Dans la descente, on a eu l'information à l'oreillette qu'il y avait des gravillons. Après j'étais obligé de suivre le peloton. Il y a eu la chute et je m'en suis plutôt bien sorti. Je n'ai pas forcément de gros bobos. Je n'avais pas vraiment de bonnes sensations aujourd'hui (vendredi)

Quentin Pacher (FRA/B&B Hotels), 119eme de l'étape, élu combatif du jour
J'espérais qu'on serait plus nombreux lorsque j'ai attaqué, on arrivait sur des routes un peu escarpées et sinueuses, c'était plutôt propice à une tentative. J'étais finalement tout seul, il n'y avait pas grand-chose à espérer, mais comme on est sur le Tour de France, j'ai tout donné. J'avais envie de me rassurer après un début de Tour un peu compliqué. Demain (samedi), il y aura une belle étape sur les routes que je connais. Ce ne sont pas des ascensions pas trop longues, ça me convient bien, et surtout ce sont les routes que je fréquente à l'entraînement. J'espère que je vais pouvoir prendre l'échappée, en tout cas j'aurai à cœur de bien faire dans les Pyrénées. Ça me place dans une bonne spirale d'avoir été désigné combatif

Alex Aranburu (ESP/Astana-Premier Tech), 6eme de l'étape
C'était une course difficile. Il y avait beaucoup de vent et donc beaucoup de tension au sein du peloton. Dans le final, Alexey (Lutsenko) et Omar (Fraile) m'ont aidé, mais j'ai perdu leurs roues, ce qui ne m'a pas empêché d'essayer et de revenir. Sixième, c'est pas trop mal.

Pogacar : « Ce que fait Cavendish, c'est fou ! »

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates), 26eme de l'étape et toujours porteur du maillot jaune
La première partie de la course a été assez ennuyeuse. Quand ça s'est animé, je me sentais bien, donc j'ai roulé à fond. Malheureusement, Rafal Majka a lourdement chuté aujourd'hui (vendredi). On aura peut-être un homme de moins, je croise les doigts pour que ça ne soit pas le cas. Pour ma part, je ne suis tombé que le premier jour du Tour, mais j'avais déjà eu ma dose de chutes en première partie de saison. On fait un métier dangereux. Jusqu'ici, j'ai eu de la chance, je touche du bois, j'espère que les prochains jours seront moins chaotiques. Je regardais Mark Cavendish quand j'étais encore enfant, il faisait des trucs phénoménaux, il sprintait comme une fusée, j'aimais bien le regarder. Ce qu'il fait actuellement est fou, il a tout mon respect.

Danny van Poppel (PBS/Intermarché-Wanty-Gobert), 5eme de l'étape
C'était une journée très nerveuse. Le vent soufflait fort toute la journée, parfois de côté, parfois de face. Certaines équipes ont essayé d'en profiter pour créer des bordures, mais j'étais toujours à l'avant et je ne me suis pas fait piéger. Au début, nous pensions qu'il n'y aurait pas d'arrivée au sprint. Mais quand on a vu l'équipe du maillot vert ne pas laisser partir plus que 3 coureurs, puis contrôler, nous avons compris qu'il fallait se préparer à une arrivée groupée à Carcassonne. Dans le final, mes coéquipiers m'ont idéalement déposé à l'avant. C'était tout ce qu'il me fallait, car il y avait tellement de trains que la meilleure option était de me faufiler ensuite. Je suis heureux de décrocher ce top 5 pour l'équipe. Mes sensations étaient bonnes dès le départ, et ce résultat est encourageant pour la suite.

Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step), 149eme de l'étape
Quand ça finit comme ça, c'est vrai que c'est chouette. On ne peut pas rêver mieux, c'est vraiment super. C'est un plaisir de rouler pour un coéquipier et un ami, et encore plus quand c'est pour Mark (Cavendish). C'est spécial et ça rend la victoire encore plus belle. Ce n'est pas qu'un grand coureur, c'est aussi un super mec. Je me suis toujours bien entendu avec lui, donc je suis juste content de me dévouer pour lui. Quand on voit sa carrière, il a toujours su rebondir après des moments de doute et des échecs. Le record ? Il y pensera quand il l'aura battu.

Nairo Quintana (COL/Arkéa-Samsic), 106eme de l'étape, porteur du maillot à pois
Aujourd'hui (vendredi), nous sommes restés tranquilles. J'ai levé le pied dans les dix derniers kilomètres pour préserver de l'énergie en vue des prochaines étapes. Demain sera une journée importante parce que tous les points en jeu pour le classement des grimpeurs comptent. Il va falloir être attentif pour prendre l'échappée et aller chercher les points.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.