Les organisateurs reviennent en arrière sur le comptage des cas positifs au coronavirus

Les organisateurs reviennent en arrière sur le comptage des cas positifs au coronavirus©Media365

Mathieu WARNIER, publié le samedi 29 août 2020 à 10h05

A la demande du gouvernement, les organisateurs du Tour de France ont finalement annoncé que les coureurs et l'encadrement seront pris en compte en cas de tests positifs au coronavirus pour décider de l'exclusion d'une équipe.

Le Tour de France 2020 va partir ce samedi dans le flou concernant le coronavirus. En effet, à la suite de longues négociations entre les organisateurs de la Grande Boucle et l'Union Cycliste Internationale, il a été convenu de ne comptabiliser que les tests positifs au coronavirus concernant les coureurs afin d'ordonner une exclusion d'une équipe. En conséquence, si une équipe devait dénombrer deux coureurs testés positifs en l'espace de sept jours, elle ne pourrait pas finir le Tour de France. Mais, selon une déclaration faite par Christian Prudhomme, directeur de l'épreuve, à l'AFP, ce samedi avant le départ de la première étape de l'édition 2020 à Nice, la donne a finalement changé après l'intervention du gouvernement.

L'encadrement des équipes finalement pris en compte

En effet, Christian Prudhomme a confirmé un retour précipité à la règle précédemment adoptée, qui avait provoqué l'ire des équipes engagées sur le Tour de France. « On en reste à deux cas sur 30 personnes d'une même équipe sur une période de sept jours », a ainsi déclaré le patron de la Grande Boucle. Ce dernier ajoute que la décision « avait été prise par la cellule interministérielle de crise » et non pas les organisateurs de l'événement ou l'Union Cycliste Internationale, qui avait accepté de lâcher du lest ces dernières heures. En conséquence, si deux membres du groupe de 30 personnes accréditées par une équipe, coureurs et encadrement devaient être testés positifs au coronavirus sur une période glissante de sept jours, toute l'équipe sera alors irrémédiablement exclue du Tour de France. Une règle drastique, trop diront certains, qui va imposer aux équipes une vigilance de tous les instants car deux cas positifs au sein des cuisiniers, des mécaniciens ou des directeurs sportifs, auront des conséquences sur les coureurs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.