La spectatrice à la pancarte jugée jeudi

La spectatrice à la pancarte jugée jeudi©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 12 octobre 2021 à 15h17

La spectatrice qui avait provoqué un grave accident lors de la première étape du Tour de France en brandissant une pancarte sur le bord de la route va être jugé jeudi à Brest. Elle encourt jusqu'à 15 000 euros d'amende et un an emprisonnement.



Elle avait marqué la première étape du Tour de France, le 26 juin dernier entre Brest et Landerneau. Mais pas pour le meilleur. Si cette jeune femme est devenue (tristement) célèbre, c'est parce qu'elle a causé un grave accident en brandissant une pancarte « Allez Opi-Omi » (« Papi et Mamie en allemand ») sur le bord de la route, en souriant pour les caméras mais sans se soucier de la course, ce qui avait entraîné une énorme chute à 45 kilomètres de l'arrivée, et l'abandon de plusieurs coureurs, dont l'Allemand Jasha Sütterlin et l'Espagnol Marc Soler. L'organisation de la Grande Boucle avait alors annoncé sa volonté de porter plainte et un appel à témoins avait été lancé. Cette résidente du nord-Finistère âgée de 30 ans à l'époque des faits avait fini par se présenter à la gendarmerie de Landerneau quatre jours plus tard, et avait présentée au parquet de Brest à l'issue de sa garde à vue.

"Une action vraiment irresponsable"

Jeudi, elle comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Brest pour mise en danger d'autrui, ainsi que pour blessures involontaires ayant entraîné une incapacité de travail n'excédant pas 3 mois. Elle encourt jusqu'à 15 000 euros d'amende et une peine d'un an emprisonnement. Et si le Tour de France, dans une volonté d'"apaiser les choses", avait finalement renoncé à déposer plainte, l'organisation internationale Cyclistes professionnels associés (CPA) a elle décidé de maintenir la sienne. "Ça a été une action vraiment irresponsable, a confié à l'AFP Laura Mora, secrétaire générale du CPA. Les coureurs ont dû subir des conséquences très graves. On n'est pas là pour demander de l'argent, mais pour demander plus de respect et de responsabilité au public."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.