Jumbo-Visma : Les coéquipiers de Roglic ne comprennent pas

Jumbo-Visma : Les coéquipiers de Roglic ne comprennent pas©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 20 septembre 2020 à 11h40

Face à l'échec de Primoz Roglic lors du contre-la-montre de La Planche des Belles Filles ce samedi, les coéquipiers du Slovène chez Jumbo-Visma n'avaient pas d'explications.

Comment passer d'une joie probable à la désolation la plus totale en un peu plus d'une heure ? Il faut le demander à la formation Jumbo-Visma. Après avoir cadenassé le Tour de France, asphyxié toute concurrence et imposé un train d'enfer en montagne pendant quasiment deux semaines, bien avant la prise de pouvoir de Primoz Roglic à Laruns, l'équipe néerlandaise a vu son leader tout-puissant échouer dans les grandes largeurs sur les pentes de La Planche des Belles Filles... et même bien avant lors de ce contre-la-montre de 36,2km qui s'est avéré être un enfer pour le Slovène. S'il a très sportivement salué le succès de son compatriote, et néanmoins ami, Tadej Pogacar, l'ancien sauteur à skis n'a pas totalement pu cacher ses émotions et, surtout, sa déception face à son propre échec. « Je ne peux pas changer la personne que je suis, a déclaré celui qui se destine à la deuxième place finale. Mais j'ai beaucoup d'émotions, vous savez, je vais pleurer, je l'ai déjà fait peut-être. »

Van Aert : « On avait presque préparé la fête... »

Fidèles compagnons de route de Primoz Roglic, Wout van Aert et Tom Dumoulin n'ont pas caché leur incompréhension face à ce qui s'est passé entre Lure et le sommet de La Planche des Belles Filles. « On ne l'a pas vu venir. Il avait de bonnes sensations ce matin, il était prêt. Nous pensions que cette avance de 57 secondes serait suffisante mais non, a confié face à la presse le vainqueur du Giro 2017. C'était la réalité du jour. Nous sommes évidemment très déçus car tout allait bien depuis trois semaines. » Au micro d'Eurosport, le vainqueur de deux étapes sur cette Grande Boucle a tenu un discours aussi inattendu que la contre-performance de son leader. « On avait presque préparé la fête, a confié Wout van Aert. Mais comme toujours, c'est à la fin de la course que les prix sont remis... » A chaud, le Belge n'a pas caché que Primoz Roglic aura du mal à se relever d'une telle déception. « C'est très dur de perdre comme ça à la dernière minute, a ajouté le champion de Belgique du contre-la-montre dans des propos recueillis par la chaîne néerlandaise NOS. Tout s'était passé à la perfection jusqu'ici, nous avions travaillé très dur et rien n'indiquait que ça pourrait mal se passer aujourd'hui (samedi). »

Dumoulin interloqué par la performance de Pogacar

Mais si ce contre-la-montre est une défaite cruelle pour Primoz Roglic, il constitue également un adoubement pour Tadej Pogacar, qui n'est plus qu'à 122km de son premier Grand Tour et pas n'importe lequel, le Tour de France. La performance du coureur de l'équipe UAE Team Emirates, surtout dans les 5,6km de la montée finale, a laissé Tom Dumoulin songeur. « Je ne sais pas comment Pogacar peut grimper une minute plus vite que je ne l'ai fait, a déclaré face à la presse le Néerlandais, qui a concédé 1'22'' au vainqueur de l'étape sur cette seule montée. Nous n'avions pas prévu ça et pris ça en compte. C'est un choc. Pogacar était fort aujourd'hui, à un niveau complètement différent de nous autres. » L'ancien chef de file de l'équipe Sunweb n'a surtout pas voulu jeter la pierre à son leader chez Jumbo-Visma, équipe qu'il a rejoint en début de saison. « Primoz Roglic n'a pas fait un mauvais chrono même s'il n'était pas à son meilleur, admet le Néerlandais. Moi, j'ai fait un bon contre-la-montre, mais ça n'a aucune importance. Le Tour nous glisse entre les doigts. » Wout van Aert, pour sa part, assure que le scenario de l'étape doit aux performances des deux Slovènes. « C'est une combinaison de Tadej Pogacar qui a fait une course fantastique et de Primoz Roglic qui n'a pas été à son meilleur aujourd'hui (samedi), assure le vainqueur de Milan-Sanremo, un brin philosophe. Ça m'a fait mal aux yeux de voir Primoz souffrir de plus en plus, c'était dur à voir. » Sans doute que du côté des dirigeants de l'équipe Jumbo-Visma, ça l'était tout autant.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.