Etape 9 - Roglic : " Exceptionnel de porter ce maillot jaune "

Etape 9 - Roglic : " Exceptionnel de porter ce maillot jaune "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 06 septembre 2020 à 18h13

Découvrez les réactions des principaux protagonistes de la 9eme étape du Tour de France.

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - Vainqueur de l'étape

« C'est une journée incroyable. J'ai tout donné sur la dernière ascension. Je n'ai pas réussi à me débarrasser des autres mais on a coopéré et on a réussi à revenir sur Marc Hirschi qui a fait une super étape. Ensuite j'ai réussi à remporter l'étape, c'est fou. Je me suis toujours battu pour la victoire dès que j'ai eu l'occasion de le faire, y compris contre Primoz Roglic. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour lui, et d'ailleurs je respecte tout le monde. Mais c'est une course cycliste et si j'ai les jambes j'attaque. Une nouvelle génération est là, et j'ai mon propre style. Si je n'attaque pas, c'est que je n'ai pas les jambes. »

Primoz Roglic (SLO/Jumbo-Visma) - 2eme de l'étape et maillot jaune

« C'est exceptionnel de porter ce maillot jaune, c'est un rêve pour toutes les personnes qui commencent à faire du cyclisme. Depuis quelques jours, j'avais presque besoin de retenir mes coéquipiers. Je leur ai dit que cette fois on pouvait aller se battre pour l'étape. C'est Tadej Pogacar qui l'emporte finalement, mais c'est une très belle journée pour nous. C'est juste le début du Tour, ce qui m'intéresse c'est de le gagner à Paris. Il n'y a pas tout le temps des opportunités à saisir comme celle-là, donc il fallait le faire aujourd'hui (dimanche). »

Marc Hirschi (SUI/Sunweb) - 3eme de l'étape et combatif du jour

« Je voulais aller dans l'échappée, puis je me suis dit que j'allais faire ma propre course. Je ne savais pas ce que le peloton ferait mais j'ai réussi à me concentrer. Je suis triste parce que dans le final, ça ne tenait à rien. On voulait prendre l'échappée, parce que nous sommes sur le Tour pour gagner des étapes. On pensait qu'il y avait une probabilité aujourd'hui alors il fallait prendre ce coup-là. Dans le final, on m'a conseillé d'attendre les poursuivants parce que je ne suis pas mauvais au sprint. J'espérais pouvoir l'emporter, mais finalement je n'ai pas réussi. »

Egan Bernal (COL/Ineos Grenadiers) - 4eme de l'étape et maillot blanc

« Les autres étaient plus rapides que moi, mais je suis très satisfait de mon résultat aujourd'hui (dimanche), surtout en ce qui concerne les sensations. Il faut accepter cela et je tire le côté positif de la situation : j'étais mieux que les journées précédentes. J'ai perdu quelques secondes avec les bonifications qu'ont pris Primoz Roglic et Tadej Pogacar, mais tout cela me donne confiance pour la deuxième partie de la course, quand nous serons dans les Alpes notamment. Dans le final d'aujourd'hui (dimanche), j'étais très concentré sur le fait de gagner du temps sur le groupe de poursuite, car il y avait des coureurs très forts dedans. Mais le plus important à ce stade de la course, c'est de rester tranquille, motivé et de bien récupérer. Je veux gagner la course mais je dois garder les pieds sur terre. »

Mikel Landa (ESP/Bahrain-McLaren) - 5eme de l'étape

« Ces étapes ont été très bien pour nous. Avec l'équipe, nous étions en forme. C'est bien d'arriver à la journée de repos avec beaucoup de motivation après deux bonnes journées dans les Pyrénées. »

Benoît Cosnefroy (FRA/AG2R-La Mondiale) - 155eme de l'étape et maillot à pois

« J'ai vécu une semaine dense avec deux chutes, des échappées. Et je sors des Pyrénées avec le maillot à pois, je suis fier et heureux de le porter. J'ai marqué les points que je pouvais marquer. J'ai vite compris que ça ne serait pas possible d'en prendre davantage. Le maillot à pois n'est pas une priorité et les sommets des Alpes vont être trop durs pour moi. Je vais me concentrer sur le travail à faire auprès de Romain, qui marche très bien. »

Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe) - 164eme de l'étape et maillot vert

« J'ai essayé de prendre l'échappée mais j'ai donné beaucoup d'énergie et ensuite je n'avais plus d'énergie pour faire davantage. Alors dans le gruppetto nous avons roulé tranquillement. Chaque jour, je vois comme je me réveille le matin. On ne sait jamais ce qui peut se passer sur le Tour. Parfois on peut prendre un gros coup sur la tête. Il vaut mieux penser au présent et pas à l'avenir. »

Sources : site officiel du Tour de France, site officiel de l'équipe Bahrain-McLaren

Vos réactions doivent respecter nos CGU.