Etape 7 : Les réactions après une étape "folle"

Etape 7 : Les réactions après une étape "folle"©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le vendredi 04 septembre 2020 à 18h32

Découvrez les réactions des principaux protagonistes de la 7eme étape du Tour de France, et notamment d'Egan Bernal, le nouveau maillot blanc, qui ne pensait pas dépenser autant d'énergie sur une étape dite "plate", qui s'est révélée plus surprenante que prévue.


Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - Vainqueur de l'étape

« C'était une grande surprise pour moi que l'étape se déroule comme ça. ll y avait du vent mais la course a explosé dès la première côte. Bora-Hansgrohe a fait une très grande étape, c'était une grande bagarre. A la fin, ça aurait été stupide de ne pas tenter ma chance. Pendant la réunion d'avant-course, on avait dit que Castres serait important car après il y avait du vent de dos. Mais on ne s'attendait pas à un tel départ. Dans le futur, le maillot vert pourra être un objectif, mais là, je dois faire le boulot pour les leaders. Ce n'est pas possible de faire les deux. »

Adam Yates (GBR/Mitchelton-Scott) - Maillot jaune

« C'était une journée difficile quand même. Jusqu'au bout, on n'a jamais vraiment pu se reposer. Il a fallu s'accrocher toute la journée. Ça aurait été bien de se reposer un peu avant les Pyrénées mais ça n'a pas été possible. Ce week-end, ça va être deux étapes très difficiles. On a fait des reconnaissances, on va essayer de défendre le maillot. »

Egan Bernal (COL/Ineos Grenadiers) - Maillot blanc

« Déjà, je suis très heureux d'avoir le maillot blanc, c'est un honneur, c'est le maillot blanc du Tour de France. Je veux profiter de ce moment. Nous avons encore beaucoup de chemin à faire, on attend la haute montagne. Pour l'instant je suis content. On pensait que ça serait une étape dure, mais seulement dans la partie finale. Mais dès la première montée, il fallait être devant, et on s'est concentré à fond pour être devant. On était certain qu'au kilomètre 132, il y aurait ces deux ronds-points après la ville et qu'il fallait absolument être bien positionné. L'étape de demain ressemble à celle de la Route de l'Occitanie, on connait un peu ces montagnes. Demain, ça va être très dur et très intéressant pour le général. Aujourd'hui, ça a été une journée explosive, dure, même si c'était plat, et on va le sentir dans les jambes demain. »

Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe) - Maillot vert

« J'avais fait une étape similaire en 2013, on avait étiré la course toute la journée pour détacher les autres sprinteurs et on avait gagné. Cette année, on n'a pas gagné. Je suis très fier de mon équipe, car ils ont vraiment fait un travail extraordinaire. On avait décidé ensemble de le faire. Au début, le directeur sportif n'était pas tellement d'accord, mais on a décidé ensemble et ça s'est bien passé. Je n'ai pas eu de chance au sprint car ma chaîne s'est un peu bloquée. J'étais dans la route de Van Aert, et après je me suis un peu déplacé et tout le monde est parti vers la gauche. J'ai frotté contre quelqu'un et la chaîne est sortie. J'ai eu de la chance de me pas tomber, car je pédalais dans le vide. Chaque année est différente et c'est pour ça que le cyclisme est différent. Ce qui compte, c'est d'être en forme. Le Tour de France est encore très long. »

Benoit Cosnefroy (FRA/AG2R-La Mondiale) - Maillot à pois

« Je vais essayer de récupérer de cette folle étape. Même si j'étais dans le groupe maillot vert, ça a roulé fort toute la journée. Je suis concentré sur ce week-end. Demain, 40 points seront distribués, c'est une grosse journée qui m'attend. Aujourd'hui, je me suis beaucoup employé pour prendre deux points, je ne pensais pas laisser autant de force. Je suis déçu sur le plan collectif. Sans cet effort-là, j'aurais pu basculer devant et aider Romain (Bardet). Deux points, vis-à-vis de mon leader, ce n'est rien. »

Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step) - 11eme du classement général

« J'ai rarement fait ce genre de journée. C'était vraiment à bloc du kilomètre 0 jusqu'à l'arrivée. On a perdu une grande partie de l'équipe au début de la couse. Je suis resté concentré devant et j'ai essayé de faire le sprint. L'équipe Bora avait bien préparé son coup. On savait que ça allait être un départ difficile, avec du vent. Ils ont fait un effort collectif très violent. Je me sens bien, c'était une journée à bloc. J'ai essayé de faire le sprint mais j'ai déraillé et je n'ai pas pu produire mon effort comme je le voulais, mais ça ne change pas grand-chose. »

Bryan Coquard (FRA/B&B Hotels - Vital Concept) - Troisième de l'étape

« Les jambes étaient super bonnes, mais j'ai déraillé à 600m de la ligne. Le plateau a sauté, et après l'avoir remis, je me suis mis dans la roue de Julian, et lui aussi a déraillé à 50m. C'est une grosse déception mais c'est comme ça. Aujourd'hui, l'équipe a montré qu'on pouvait avoir des ambitions sur ce Tour de France »

Propos recueillis au micro de France Télévisions

Vos réactions doivent respecter nos CGU.