Etape 5 : Alaphilippe : " Je vais me relever "

Etape 5 : Alaphilippe : " Je vais me relever "©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mercredi 02 septembre 2020 à 19h13

Découvrez les réactions des principaux protagonistes de la 5eme étape du Tour de France, et notamment celle de de Julian Alaphilippe, qui a perdu son maillot jaune à cause d'une pénalité.

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - Vainqueur de l'étape

« C'était une arrivée pour moi, je suis très heureux que l'équipe accepte que je prenne cette opportunité. J'avais une chance, et je l'ai prise. Gagner deux étapes en deux participations au Tour de France c'est quelque chose de spécial, je suis très heureux. C'est bizarre d'être à ce niveau maintenant. Depuis que la saison a repris, j'ai des jambes extraordinaires. Je ne pouvais pas imaginer ça quand je suis tombé à Pau la saison dernière. C'était très dur. Il y a eu beaucoup de boulot pour être capable de marcher et après de redevenir un coureur. Mais quand tu gagnes comme aujourd'hui, c'est beau. Course après course, les jambes sont toujours là. Notre équipe est très forte ici, nous sommes en route pour un beau Tour de France avec Primoz (Roglic) et Tom (Dumoulin), nous sommes très motivés. »

Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick) - Ancien maillot jaune

« J'ai eu un ravitaillement dans une zone non autorisée. C'est comme ça. C'est une décision officielle du jury, je ne peux rien y faire. Je n'ai pas eu conscience de faire une faute. C'était une étape très longue et très ennuyeuse, avec un final très nerveux. On devait rester concentré pour essayer de garder le maillot et gagner avec Sam (Bennett), qui a pris le maillot vert et c'est une bonne nouvelle. Il n'y a pas de soucis. Demain je vais me relever et on n'en parle plus. Récupérer le maillot jaune demain ? On verra bien... »

Adam Yates (GBR/Mitchelton-Scott) - Nouveau maillot jaune

« Personne ne voudrait prendre le maillot jaune de cette façon. J'étais dans le bus, en train de prendre ma douche, et tout d'un coup quelqu'un a appelé mon directeur sportif pour me dire de venir sur le podium. Je vais essayer de défendre le maillot demain, on verra bien. Ça va être une grosse bagarre demain. De toute façon, même sans le maillot, j'aurais tenté quelque chose. Ce sont plutôt les victoires d'étapes qui m'intéressent plutôt que le général. On va faire au mieux. »

Sam Bennett (IRL/ Deceuninck-Quick) - Nouveau maillot vert

« Je me réjouis de porter le maillot aujourd'hui. J'étais tellement concentré sur le maillot vert que j'ai presque oublié d'essayer de gagner l'étape. Je n'ai jamais eu de genre d'expérience au cours de ma carrière. J'ai fait tout ce que je pouvais mais dans les deux derniers kilomètres je me suis rendu compte que je n'avais pas vraiment les jambes pour sprinter. »

Benoit Cosnefroy (FRA/AG2R-La Mondiale) - Maillot à pois

« Une journée tranquille, je la prends bien volontiers. C'est vrai que ça peut paraître long à la télé, mais dans les jambes, ça fait du bien d'avoir une journée un peu plus souple. J'ai pu aller chercher deux petits points, qui peuvent être importants dans les journées à venir. C'est une bonne journée pour moi, même si j'aurais pu y aller dans le final si j'avais eu des bonnes jambes. Les journées qui peuvent paraitre neutres sur le Tour de France ne le sont pas et ça fait du bien de terminer une journée avec deux points de plus et zéro encombre ».

Bryan Coquard (FRA/B&B Hotels - Vital Concept) - 7eme et premier Français de l'étape

« Cette septième place n'est pas du tout une satisfaction, on ne peut pas s'en contenter. Je n'étais clairement pas assez bien placé avant le dernier kilomètre. A ce niveau-là, ça se paie cash. On s'est fait un peu enfermer avec Kévin Réza à un 1,5km de l'arrivée. On a été obligé de mettre un coup de frein près des barrières, et le temps de relancer, j'étais 10eme, 15eme au virage, j'ai essayé de relancer mais j'étais trop loin quand le sprint s'est lancé. (...) Je pense que tout le monde a un peu peur de ce Tour difficile et mine de rien, pour les baroudeurs, se lancer dans un long raid, vent de face, pendant 180km, ce n'est pas forcément pour la journée d'aujourd'hui que ça fait peur, mais pour ce qui reste, qui est très difficile. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.