Etape 14 - Kragh Andersen : " J'ai beaucoup rêvé de ce moment "

Etape 14 - Kragh Andersen : " J'ai beaucoup rêvé de ce moment "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 12 septembre 2020 à 19h30

Découvrez les réactions des principaux protagonistes de la 14eme étape du Tour de France.

Soren Kragh Andersen (DAN/Sunweb) - Vainqueur de l'étape

« Je n'ai pas les mots, je suis ému. J'ai beaucoup rêvé de ce moment mais c'est toujours difficile de dire qu'on en est capable avant de l'avoir fait. J'avais de bonnes jambes toute la journée et quand le moment est venu, j'avais mal mais je me suis dit que les autres souffraient aussi. La victoire de Marc Hirschi a été importante dans l'équipe. On a vu ce jeune gars faire des trucs incroyables, ça donne de la motivation. Je pense que nous avons la plus jeune équipe du Tour, nous sommes tournés vers l'avenir. »

Marc Hirschi (SUI/Sunweb) - 10eme de l'étape

« Nous étions nombreux dans le final, c'était notre avantage. Beaucoup d'équipes étaient rivées sur le classement général donc ils n'étaient pas focalisés sur la victoire d'étape. Soren Kragh Andersen a attaqué au meilleur moment donc on a pu couper l'élan du peloton derrière. C'était un effort collectif parfait. Au sein de l'équipe, nous avons un bon état d'esprit car tout le monde donne tout pour les autres. Nous avons tous le niveau pour jouer devant donc je pense que nous avons bien joué tous ensemble. Nous voulions être agressifs dans ce final. Avec les virages, si vous êtes à l'arrière et qu'un écart se fait, vous êtes piégé. Nous avions plusieurs coureurs aptes à le faire. Nous avons tous notre chance et Soren a placé une attaque parfaite. C'était un jour parfait pour nous.

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - 12eme de l'étape et maillot blanc

« Je pensais que la journée allait être un peu plus facile aujourd'hui (samedi). Quand Bora-Hansgrohe a accéléré presque dès le début de l'étape, c'est devenu dur. Il a fallu garder les roues, faire attention à notre position. Mais j'ai tâché de faire attention, dans les derniers kilomètres il fallait être bien placé pour éviter tous les obstacles qu'on peut trouver en ville. Je n'ai rien pu calculer en fonction de ce qui nous attend demain (dimanche). Maintenant on peut y penser et ce sera un gros challenge. L'ascension est longue, donc s'il y a une possibilité d'attaquer Primoz Roglic, pourquoi pas. »

Primoz Roglic (SLO/Jumbo-Visma) - 29eme de l'étape et maillot jaune

« C'est vrai que c'est incroyable ce qui se passe pour le cyclisme slovène. J'espère que ça va continuer comme ça. Aujourd'hui (samedi), c'était difficile. J'avais cru que ce serait plus facile qu'hier (vendredi), mais pas du tout. C'était un scénario que me convenait, mes coéquipiers n'ont pas eu à travailler toute la journée. En revanche il fallait tout de même veiller à rester toujours à l'avant, ça a roulé à fond toute la journée. Enfin, c'est le Tour de France, et c'est une nouvelle journée derrière nous. Demain (dimanche), le Grand Colombier ce sera un gros challenge. Il faut que je me concentre sur tout le monde, mais surtout sur moi. Je suis la seule personne sur laquelle j'ai vraiment le contrôle. »

Stefan Küng (SUI/Groupama-FDJ) - 62eme de l'étape et combatif du jour

« Je m'attendais à un scénario avec plus de coureurs à l'avant. Puis on m'a dit que la Bora-Hansgrohe contrôlait la course. Mais ce n'est qu'une équipe qui désirait contrôler. Il y a 21 autres équipes et si elles veulent toutes essayer quelque chose, Bora-Hansgrohe n'était pas en mesure de tout contrôle. Mais trop peu de monde voulait essayer quelque chose aujourd'hui (samedi). Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi les Bora-Hansgrohe ont roulé car ils ont déjà essayé ça deux fois pour Peter Sagan et il a terminé 13eme à chaque fois. Il finit 4eme mais l'effort qu'ils ont dû faire... C'est leur tactique et tout le monde est libre d'avoir la sienne. Mais, en ce qui me concerne, le scenario idéal aurait été d'avoir une échappée plus fournie. »

Sam Bennett (IRL/Deceuninck-Quick Step) - 106eme de l'étape et maillot vert

« C'est comme ça, j'ai compris dès le sprint intermédiaire que ce serait difficile. Mes jambes m'ont lâché, heureusement que j'ai eu mon équipe pour me soutenir mais on ne pouvait pas faire mieux. Hier (vendredi), je me suis usé très tôt, j'étais déjà épuisé à 100km de l'arrivée. Mais j'ai bien récupéré, je suis un nouvel homme aujourd'hui (samedi). »

Benoît Cosnefroy (FRA/AG2R-La Mondiale) - 149eme de l'étape et maillot à pois

« J'espérais que l'étape soit promise aux baroudeurs. Mais ce sont les Bora-Hansgrohe qui ont dicté la journée. J'ai failli basculer avec leur groupe mais ça s'est joué à peu. Les jambes n'étaient pas super aujourd'hui (samedi) mais tout de même mieux qu'hier (vendredi). C'est dommage parce que j'aurais voulu être dans ce final mais je n'ai pas pu, c'est comme ça. La chute de Romain puis l'abandon de Pierre, ce sont de mauvaises nouvelles pour l'équipe mais nous avons eu la victoire de Nans Peters. On se doutait que Pierre allait abandonner parce qu'il avait mal dès les premiers jours en raison de sa chute. Demain (dimanche), nous serons sur un terrain que je connais très bien, pas forcément à ma convenance mais je pense que je vais prendre du plaisir sur ces routes. »

Sources : site officiel du Tour de France, Eurosport, France Télévisions

Vos réactions doivent respecter nos CGU.