Etape 1 : Kristoff, Madiot... Les réactions après l'arrivée

Etape 1 : Kristoff, Madiot... Les réactions après l'arrivée©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le samedi 29 août 2020 à 19h40

Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la 1ere étape du Tour de France 2020 autour de Nice, remportée par Alexander Kristoff.


Alexander Kristoff (NOR/UAE Emirates) - Vainqueur de l'étape

« C'est quand même une petite surprise que je gagne au sprint. J'ai réussi à trouver la bonne trajectoire. Ce Tour commence vraiment bien pour moi. Gagner la première étape, ça va aussi faciliter les choses pour mon équipe. C'est une réussite précoce pour nous, et c'est forcément bien d'avoir le maillot jaune. C'était vraiment très glissant. Il y a eu énormément de chutes en descente et en ville, donc Tony Martin et les autres ont voulu calmer le jeu pour qu'on ne perde pas certaines des grandes stars du peloton et prétendants à la victoire finale dès l'entame du Tour. Il y a donc eu ce pacte de non-agression. C'est une très bonne chose que le Tour de France ait lieu, que ce soit pour le cyclisme mais aussi pour les sponsors et les équipes. C'est une prouesse d'avoir réussi à organiser tout ça et j'espère que l'on arrivera à finir le Tour. Les procédures de sécurité prises par les organisateurs sont les bonnes. Elles doivent nous permettre de rester en bonne santé afin que le spectacle se poursuive. J'espère que tout se passera comme prévu et que l'on se verra sur les Champs-Élysées à Paris. »

Mads Pedersen (DAN/Trek-Segafredo) - 2eme de l'étape

« C'est super de commencer mon premier Tour de France de cette façon. J'aurais juste pu gagner. Mes coéquipiers m'ont parfaitement emmené dans le final et ça a presque marché, donc je peux me sentir heureux. Terminer deuxième c'est déjà un beau résultat. Même si bien sûr, je cours pour gagner. C'était plutôt sage de voir le peloton rester groupé pour éviter les risques de chutes dans les descentes. »

Cees Bol (PBS/Sunweb) - 3eme de l'étape

« C'était peut-être un peu tôt mais je suis vraiment allé à fond jusqu'à la ligne d'arrivée, et Kristoff était juste plus rapide. Globalement, je suis plutôt content d'être dans le final de l'étape et la confiance grandit par conséquent. Mes coéquipiers ont fait un bon travail dans le final pour me soutenir et nous étions toujours bien placés. Je ne suis pas déçu de la troisième place, mais c'est un sentiment mitigé : c'est ma première course depuis longtemps mais c'est mon premier podium sur le Tour de France. »

Marc Madiot (Groupama-FDJ) - Manager

« Thibaut Pinot est énervé, agacé par la chute. Ils ont été sous tension toute la journée à partir du moment où la pluie a fait son apparition, donc chuter à trois kilomètres de l'arrivée quand c'est fini, c'est rageant, mais ça fait partie de la vie de la course. Physiquement il va, on verra demain (ndlr : dimanche) mais je pense pas qu'il y ait trop de gros dégâts. Ça a dû commencer à se relever pour la banderole des trois kilomètres, donc ça a freiné et c'est tombé. Est-ce que c'est une erreur de placement ? Non, non. Il faut avoir un peu de chance, tout s'était bien passé jusque-là. C'était une étape compliquée. Le parcours était difficile, s'il avait fait beau ça aurait été un superbe spectacle, mais avec la pluie... C'était une patinoire. C'est comme ça, c'est pas de chance. Je pense que les coureurs ont pris la bonne décision, souvent on les critique mais là ils ont eu une attitude raisonnable. C'est eux qui sont sur le vélo. Les organisateurs proposent un parcours, les managers d'équipe proposent une tactique mais ce sont les coureurs qui pédalent, et je pense que c'est bien que ce soit eux qui décident au final. »

Fabien Grellier (FRA/Total Direct Energie) - Maillot à poids de meilleur grimpeur

« On savait qu'il y avait des risques d'orages et on avait les boyaux adaptés. Mais il pleut tellement rarement dans la région que la route devient vite glissante. Je suis tombé à la fin de l'étape, mais il n'y a pas de gros bobos. On sait que sur le Tour de France le maillot à pois c'est quelque chose d'énorme, il y a une réelle fierté à le porter. Alors c'est avec cet objectif que je suis allé dans l'échappée. Sur la fin, il fallait faire le meilleur sprint possible pour terminer devant Schär, alors je me suis forcé parce que ce n'est pas vraiment mon truc. Je n'ai su que j'étais devant lui que 5 minutes plus tard, c'était une super bonne nouvelle. C'est une journée qui se termine bien. »

Guillaume Martin (FRA/Cofidis) - 75eme de l'étape

« C'était une journée particulière. L'an dernier on a eu la grêle, et aujourd'hui on a eu une patinoire. Il y aura peut-être des polémiques sur le fait qu'il fallait neutraliser ou pas... C'est toujours compliqué, je suis un peu gêné par rapport à ça, par rapport au public. Évidemment, après un an et demi à attendre le Tour, tout le monde avait envie de spectacle, mais c'était vraiment dangereux. Une première étape du Tour c'est toujours nerveux, mais avec le contexte particulier, la météo, les routes hyper glissantes... Tout le monde pouvait tout perdre à tout moment. Mais ça promet pour la suite. »

Sources : France Télévisions, Cyclism'Actu, Twitter Sunweb, Site internet Le Tour...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.