Cet ancien maillot jaune "dégoûté" par les "tricheurs" du Tour

Cet ancien maillot jaune "dégoûté" par les "tricheurs" du Tour©Media365

Paul Rouget : publié le lundi 21 septembre 2020 à 10h07

L'ancien coureur Stéphane Heulot, maillot jaune en 1996, "a vu des trucs qui n'étaient pas possibles" lors de ce Tour de France remporté par Tadej Pogacar, dont les performances ont interpellé le Breton, qui a eu "envie de vomir".

Maillot jaune pendant trois jours en 1996, Stéphane Heulot a eu beaucoup mal à regarder le Tour de France cette année. Celui qui dirige aujourd'hui l'équipe Sojasun se dit "plus que mal à l'aise" et confie à Ouest-France avoir "de sérieuses interrogations" devant certaines prestations, notamment celles du jeune vainqueur slovène Tadej Pogacar. "Honnêtement, je ne regarde plus le Tour depuis dimanche et la montée du Grand-Colombier (où Pogacar s'est imposé, ndlr). Je n'y arrive plus, en fait... Il y a des choses assez faciles à évaluer, quand même, en termes de performance. J'ai du mal à comprendre comment un coureur de 75 kg peut monter à une vitesse folle un col et maintenir sa montée ensuite. En termes de vitesse ascensionnelle, on a vu des trucs qui n'étaient pas possibles, non plus, pour certains..."


"On est peut-être sur du dopage chimique, mais aussi électrique" 

L'ancien coureur, âgé de 49 ans, avait déjà tiré la sonnette d'alarme en 2008, lorsqu'il s'en était notamment pris, après le scandale Ricco, à son ex-coéquipier Mauro Gianetti, qui, après avoir été manager de Saunier-Duval, officie aujourd'hui chez UAE Team Emirates, l'équipe de Pogacar. "Le dopage est tellement ancré chez certains managers, comme Mauro Gianetti, qu'ils ne peuvent pas concevoir le cyclisme autrement..." confiait-t-il alors au quotidien régional, à qui il a déclaré qu'il pensait "la même chose qu'en 2008. Je ne changerais absolument rien de ce que j'ai dit..." Pour le Breton, "on a encore passé un cran. Car on est peut-être sur du dopage chimique, mais aussi électrique..." Et ce même s'il n'y a eu aucun contrôle positif lors de cette Grande Boucle. "Je dis toujours qu'Armstrong, Valverde, Basso, tous ces mecs-là, n'ont jamais été contrôlés positifs en course, et pourtant... Moi j'écoute, j'entends, je regarde, et je perçois des choses." Heulot l'assure, "il y a encore des tricheurs malheureusement, et il faut en avoir conscience." Il estime même que "c'est pire" aujourd'hui : "Vous voyez l'émoticone avec l'envie de vomir, et bien je ressens ça, ça me dégoûte..."  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.