Tour d'Italie : Education First a demandé l'arrêt de la course, refus de l'UCI

Tour d'Italie : Education First a demandé l'arrêt de la course, refus de l'UCI©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 21h00

Après la découverte de plusieurs cas de coronavirus au sein du peloton, l'équipe Education First a demandé l'arrêt du Giro. Ce à quoi l'UCI a répondu par la négative.



Le Tour d'Italie 2020 va-t-il aller à son terme ? Selon les informations d'Eurosport, Education First aimerait visiblement qu'il soit stoppé avant, soit à l'issue de la deuxième semaine, à savoir dimanche soir, à la veille de la deuxième journée de repos. La formation américaine de cyclisme en a même fait la demande officielle, à travers une lettres envoyée aux organisateurs du Giro ainsi qu'à l'Union cycliste internationale mais l'UCI a refusé d'y accéder et a, par conséquent, rejeté cette demande. Après la première journée de repos, onze personnes au total, dont plusieurs coureurs, dans cinq équipes différentes, ont été testées positives au coronavirus. Deux formations, à savoir la Jumbo-Visma, après la contamination du coureur néerlandais Steven Kruijswijk, ainsi que la Mitchelton-Scott, après la contamination de cinq membres du staff en plus de celle de Simon Yates samedi dernier, se sont retirées de la course. Depuis, le peloton est inquiet, concernant sa propre sécurité, et Education First estime ainsi que les conditions sanitaires actuelles ne sont clairement plus en adéquation avec la situation. Selon l'équipe du manager sportif Jonathan Vaughters, la « bulle est clairement compromise ».

L'UCI appelle à l'unité

Dans sa lettre, EF annonce, qu'en cas de cas positif, son départ du Giro sera alors effectif : « Même si nous espérons rester dans la course (...) si une personne de l'équipe est testée positive, ou si nous, coureurs et staffs, nous sentons mal avec cette situation, nous quitterons la course. » La formation a également peur que d'autres cas soient découverts ce lundi, ce qui compliquerait ainsi encore plus la suite de l'épreuve : « Il serait mieux pour le Giro et pour le World Tour [...] que la situation soit gérée d'une manière systématique et globale, plutôt qu'un retrait chaotique équipe par équipe. » Ce à quoi l'UCI, par l'intermédiaire de son président, le Français David Lappartient, a donc ainsi notamment répondu : « Nous faisons face à un défi : celui de terminer la saison et cela ne sera possible qu'en continuant dans un esprit de collaboration et d'unité dans le cyclisme professionnel. » Un véritable appel à l'unité. A noter, qu'en plus des tests prévus ce lundi, un dépistage généralisé des équipes doit être organisé ce jeudi, mais également ce vendredi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.