Tour d'Italie 2020 : Le patron de l'épreuve espère des grands noms et ne pas voir Total Direct Energie

Tour d'Italie 2020 : Le patron de l'épreuve espère des grands noms et ne pas voir Total Direct Energie©Media365

Mathieu WARNIER, publié le samedi 26 octobre 2019 à 09h32

A la suite de l'annonce du parcours du Tour d'Italie 2020, le patron de l'épreuve n'a pas caché son souhait de voir l'équipe française Total Direct Energie renoncer à l'invitation remportée à l'issue de la saison 2019, tout en espérant voir l'équipe Ineos venir avec ses leaders.

Des grands noms sur le Giro 2020 ? Alors que Peter Sagan a déjà confirmé sa présence au départ de Budapest le 9 mai prochain et que Vincenzo Nibali a clairement laissé entendre qu'il mènerait l'équipe Trek-Segafredo lors de cette 103eme édition, le patron de l'épreuve Mauro Vegni espère que le parcours un ton moins intense que celui du prochain Tour de France attire d'autres coureurs de premier plan. Et, avec Richard Carapaz qui va renforcer l'effectif de l'équipe Ineos, l'Italien espère que la formation britannique alignera plus d'un de ses leaders. « Dans leur effectif 2020, ils ont quatre coureurs qui ont gagné un Grand Tour (Froome, Thomas, Bernal et Carapaz, ndlr) donc ils vont devoir être précautionneux sur le choix de leurs leaders. Tout est clairement ouvert et doit être décidé, a déclaré face à la presse Mauro Vegni. Je n'ai pas parlé aux dirigeants de cette équipe mais je pense que si Froome revient à son meilleur niveau, ça sera alors logique qu'il vise une cinquième victoire sur le Tour de France. Si cela devait arriver, je ne suis pas certain qu'Egan Bernal soit le meilleur choix pour l'appuyer. D'autres options sont alors possibles et la décision sera sans doute basée sur l'état de santé et la forme de leurs coureurs. C'est ce qui va décider qui fera le Giro et qui fera le Tour. Si c'st Carapaz, Froome, Bernal ou Thomas, alors l'équipe qui sera alignée sur le Giro aura fière allure. »

Vegni et le problème Total Direct Energie

Si Mauro Vegni peut se satisfaire d'avoir sans doute une équipe Ineos compétitive, un sprinteur du calibre de Peter Sagan voire le « Requin de Messine » comme vedette locale au départ, il y a une ombre au tableau. Avec la réforme que l'UCI va mettre en place à partir de 2020, les organisateurs de Grands Tours auront les mains liées pour la distribution des invitations. Alors que le maximum d'équipes au départ restera limité à 22 formations de huit coureurs, les 19 équipes de l'UCI World Tour, si la formation française Cofidis répond au cahier des charges imposé, seront présentes avec une place réservée à la meilleure équipe du niveau Continental Pro (la deuxième division du cyclisme professionnel, ndlr) en 2019, qui est Total Direct Energie. Des dispositions qui vont donc limiter à deux le nombre d'invitations à la seule discrétion des organisateurs et, donc, perturber les plans de RCS Sport, qui invite systématiquement les autres équipes italiennes. « Je n'aime pas du tout ces nouvelles règles, tonne Mauro Vegni. Elles n'aident pas le cyclisme italien, qui a tellement donné à ce sport car cela pourrait me forcer à laisser une équipe italienne sur le carreau. » La seule solution trouvée par les dirigeants du Giro ? Parvenir à convaincre Jean-René Bernaudeau de renoncer à participer au Tour d'Italie ! « Comme leur avenir est incertain, je vais faire tout mon possible pour les aider et donc j'espère avoir la capacité d'inviter les trois équipes italiennes, martèle Mauro Vegni. Comment ? Bien, peut-être que l'équipe française va se concentrer sur le prochain Tour de France et, de cette manière, je pourrais inviter les trois équipes italiennes et les aider à survivre. » Reste que convaincre une équipe qui a un groupe comme Total comme sponsor de renoncer à la visibilité qu'offrira une épreuve comme le Giro n'a rien d'évident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.