Giro : L'ambition de retour chez Romain Bardet

Giro : L'ambition de retour chez Romain Bardet©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mardi 25 mai 2021 à 23h45

Replacé au classement général après une 16eme étape réussie, Romain Bardet ne compte pas s'interdire d'espérer bien terminer le Giro.

Romain Bardet retrouve clairement la forme. Etant un des rares à pouvoir limiter les dégâts face à Egan Bernal dans la montée puis, surtout, dans la descente du Passo Giau ce lundi lors de la 16eme étape du Giro, le leader de l'équipe DSM est désormais à moins d'une minute et demie du podium. Mettant en avant la « belle densité dans les cinq premiers », le natif de Brioude assure qu'il « ne pense pas trop au podium pour l'instant » malgré les « bonnes sensations » ressenties ce lundi. « Je me sens très bien et j'ai pas mal de fraîcheur, a confié Romain Bardet ce mardi lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion de la deuxième journée de repos. Je n'ai pas attaqué ce Giro à 100% car l'objectif était d'arriver au top en troisième semaine. » Affirmant avoir « eu des premiers signes très positifs », le coureur français a la sentiment qu'il retrouve son meilleur niveau et que cela lui « donne de l'espoir pour la suite » et l'idée de se « battre pour le meilleur classement général possible ».

Bardet : « Je ne m'interdis rien »

Arrivé sur la pointe des pieds sur ce Giro, dans l'ombre du deuxième de l'édition 2020 Jai Hindley, Romain Bardet a profité de la méforme et de l'abandon de ce dernier pour prendre les rênes de l'équipe DSM et assure désormais n'avoir « rien à perdre », avec l'envie de « courir agressivement ». « Si j'ai les mêmes jambes que lundi, je ne m'interdis rien, assure le natif de Brioude. C'est toujours positif de se sentir de mieux en mieux au fil des jours. » Une lutte pour le podium, derrière un Egan Bernal qui semble intouchable et qui « a mis un grand coup de casque à tout le monde », dans laquelle Romain Bardet voit Simon Yates essayer « quelque chose pour renverser la situation » mais seulement si le Britannique « a une grande journée d'ici la fin ». Le Français se méfie également des formations EF Education-Nippo pour Hugh Carthy et Astana-Premier Tech pour Aleksandr Vlasov. Une bataille qui, selon le coureur de l'équipe DSM « va être dure ».

Bardet : « Milan est encore loin »

Revenu à un excellent niveau à l'occasion de son premier Grand Tour pour DSM, Romain Bardet n'a pas éludé les questions sur le programme du reste de sa saison. S'il assure qu'« on se concentre d'abord sur le Giro » et que « Milan est encore loin », le Français ajoute que « c'est tout de même bien de ne pas se sentir épuisé », redoutant toutefois « les trois arrivées au sommet et le dernier chrono vont (le) pousser dans (ses) derniers retranchements ». Un dernier contre-la-montre d'une trentaine de kilomètres que Romain Bardet admet avoir travaillé. « On a optimisé tout ce qu'on pouvait mais on ne pensera au chrono que samedi soir car avant cela, il y aura trois arrivées au sommet importantes », confie le coureur de l'équipe DSM. « Je me sens encore prêt à lutter et la tendance est plutôt positive », conclue-t-il, de plus en plus confiant quant à ses capacités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.