Giro : Comment Démare est-il redevenu une machine à gagner ?

Giro : Comment Démare est-il redevenu une machine à gagner ?©Media365

Aurélien CANOT, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 11h04

Arnaud Démare a remporté mercredi sa quatrième victoire d'étape dans ce Giro 2020. Le sprinteur explosif de la Groupama-FDJ est redevenu une machine à gagner. Il explique pourquoi ce jeudi.

La question est sur toutes les lèvres depuis qu'Arnaud Démare (29 ans) a décidé de tout écraser sur son passage dans ce Giro 2020. Mais que s'est-il passé pour que le Picard, resté longtemps un excellent sprinteur sans pour autant marcher sur la concurrence, soit devenu un tel monstre ? Depuis le départ de ce Tour d'Italie, le coureur de la Groupama-FDJ, passé en mode rouleau compresseur, paraît imbattable dès lors que les étapes se terminent dans son exercice de prédilection : le sprint. Quatre fois la situation s'est présentée, quatre fois Démare a laissé tout le monde derrière lui. Parfois, il s'est même permis de ridiculiser tous ses rivaux, probablement surpris eux-mêmes de voir le Français être redevenu une machine à gagner, pratiquement du jour au lendemain. L'intéressé se penche ce jeudi dans L'Equipe au lendemain de sa nouvelle démonstration sur la recette qui lui a permis de retrouver son meilleur niveau. Les raisons sont diverses et multiples, à l'entendre. « Pendant le confinement, l'équipe a eu le bon sens de nous laisser tranquilles, de ne pas nous aligner au départ de dix courses virtuelles par semaine. Cela ne servait à rien de s'affoler. Je faisais huit à dix heures d'home-trainer par semaine, de la marche avec ma femme, et j'ai remis en route un mois et demi avant la reprise. La période pour revenir en forme était courte, mais, j'étais à bloc, très focus dans mes entraînements, et décidé à saisir toutes les opportunités qui se présenteraient à moi. Je crois aussi que le gros travail effectué pendant l'hiver, avec un stage de dix-sept jours en Sierra Nevada, a fini par payer. »

Démare : « Je me suis posé les bonnes questions, au bon moment »

Sur le Giro, seul le mythique Bernard Hinault - quatre victoires d'étape également en 1982 - avait fait aussi bien que Démare cette année. En 2014 déjà, le protégé de Marc Madiot, entré mercredi dans le cercle très fermé de ses compatriotes ayant gagné au moins quatre étapes sur un même Grand Tour, avait donné l'impression de voler. Cette année-là, l'ancien champion de France avait terminé l'exercice avec 15 succès à son compteur. Cette année, il en est déjà à 14 victoires, dont quatre en World Tour (aucune il y a six ans). Plus que deux et le natif de Beauvais battra son record en carrière (pour le World Tour, c'est déjà battu). En attendant, Arnaud « Superman » Démare peut déjà patienter en constatant que ses deux poursuivants au classement des coureurs ayant accumulé le plus de victoires depuis le début de cette saison en accusent cinq de moins que lui. « Tout paraît facile aujourd'hui, mais il y a beaucoup d'implication derrière tout ça, analyse Démare, avec le sentiment d'être enfin récompensé de tous ses efforts, comme de son introspection. Je ne veux pas parler de sacrifices, ce n'est pas le bon terme car j'aime ce que je fais, mais il ne faut pas oublier le travail effectué. Je me suis posé les bonnes questions, au bon moment, pour faire en sorte de retrouver mon explosivité. Maintenant, c'est sûr que la confiance amène la réussite. » Une confiance qui pourrait permettre au nouveau roi du sprint de poursuivre sa moisson. Presque indécent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.