Vuelta - Martin : " Il me manque une place "

Vuelta - Martin : " Il me manque une place "©Media365
A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le dimanche 29 août 2021 à 22h33

Deuxième du classement général de la Vuelta à une semaine de l'arrivée finale, Guillaume Martin affiche de grandes ambitions. Il lorgne la tunique rouge du Norvégien Odd Christian Eiking.



"Inespéré par rapport à ce qu'il s'est passé la première semaine". Ce sont les premiers mots prononcés par Guillaume Martin au sujet de sa 2eme place du classement général du Tour d'Espagne, au terme de la 15eme étape entre Navalmoral de la Mata et El Barraco ce dimanche. En effet, suite à une défaillance en montagne lors de la première semaine, le leader de la Cofidis avait été éjecté du top 10 et avait probablement tiré une croix sur le général après sa belle 8eme place finale au Tour de France en juillet dernier. Mais la 10eme étape ce mardi a rebattu les cartes. Franchissant la ligne d'arrivée en 12eme position à 51 secondes du vainqueur, Michael Storer (Team DSM), le cycliste français a profité du retard du peloton des favoris, relégué à plus de onze minutes, pour grimper sur la 2eme marche du podium derrière le Norvégien Odd Christian Eiking.


Ce scénario improbable a redonné espoir à Guillaume Martin dont les ambitions ont été revues à la hausse. "Il me manque une place pour aller chercher un beau maillot, mais je suis malgré tout en bonne position pour aborder la dernière semaine et j'espère faire un très bon classement général final" a clamé ce dimanche le natif de la capitale dans une vidéo postée par sa formation sur son compte Twitter. La veille de la seconde et dernière journée de repos de cette édition 2021, il lorgne clairement le maillot rouge de leader d'Odd Christian Eiking, possédant 54 secondes d'avance en tête. Sans oublier toutefois qu'il doit également protéger sa 2eme place au général car le tenant du titre et grand favori, Primoz Roglic, 3eme, ne pointe qu'à 42 secondes derrière.

Il vise un top 5 inédit, voire plus

"Quand on a quelque chose à jouer et à défendre, ça soude un collectif. Tout le monde est vraiment impliqué dans la défense de cette deuxième place, même si on n'oublie pas de penser aux victoires d'étape. Encore aujourd'hui (ce dimanche, ndlr), j'ai été super bien protégé. Rémy Rochas est en super forme, c'est vraiment un soutien de poids et de choix dans le final des étapes mouvementées. C'est top" a-t-il ajouté. Ce soutien de poids sera précieux au moment d'aborder une ultime semaine compliquée, faisant la part belle aux profils escarpés qu'affectionnent les autres leaders tels qu'Egan Bernal (Ineos Grenadier) ou Enric Mas (Movistar) par exemple. Au cours de sa carrière, Guillaume Martin n'a jamais terminé un Grand Tour dans le top 5.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.