Vuelta : Le peloton a été secoué par une fronde avant la 11eme étape

Vuelta : Le peloton a été secoué par une fronde avant la 11eme étape©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 31 octobre 2020 à 19h30

Face à ce qui ressemble à des atermoiements de la part des commissaires de l'UCI ce vendredi à l'arrivée de la 10eme étape de la Vuelta, les coureurs ont protesté au départ de la 11eme étape ce samedi.

L'heure est à la fronde au sein du peloton professionnel. Après un premier mouvement de protestation à l'occasion de la 19eme étape du Giro, les coureurs ayant menacé de faire grève si le parcours n'était pas réduit avant d'obtenir gain de cause, le départ de la 11eme étape de la Vuelta a été perturbé. En effet, alors que l'ensemble des coureurs encore en course étaient massés sur la ligne de départ fictif à Villaviciosa, le lancement de l'épreuve a été retardé d'une dizaine de minutes. L'origine de cette protestation du peloton vient de l'arrivée de la 10eme étape ce vendredi. Après la victoire de Primoz Roglic, il y a eu un moment de flottement quant à l'identité du porteur du maillot rouge entre le Slovène et Richard Carapaz. En effet, les commissaires ont décidé de comptabiliser les cassures dès lors qu'il y avait une seconde d'écart entre la roue arrière du dernier coureur d'un groupe et la roue avant du premier coureur du groupe suivant. Une règle qui a joué en faveur de Primoz Roglic car Richard Carapaz a été chronométré à trois secondes du coureur de l'équipe Jumbo-Visma, qui a ainsi repris le commandement au classement général.

Pour Woods, les règles ont bien été changées après l'arrivée

Interrogé avant le départ de l'étape par Eurosport, Michael Woods a confié que, dans un premier temps, il était bien prévu que les cassures soient comptabilisées avec des écarts d'une seconde avant que les commissaires de l'UCI ne changent d'avis à deux reprises, ayant informé les coureurs que l'écart serait fixé à trois secondes. « Les commissaires de l'UCI ont fait une erreur. Au départ de la course, ils nous ont dit qu'un écart de trois secondes allait être comptabilisé au lieu d'une seconde, a confié le coureur canadien, dont le leader Hugh Carthy a été une des victimes de la décision des commissaires. En regardant le final de la 10eme étape, ça aurait dû être un écart d'une seconde mais ils nous ont informé de cela au départ puis, à l'arrivée, ils ont changé d'avis. Je ne pense pas que ce soit juste, vous ne pouvez pas changer les règles sur un coup de tête car ça modifie la manière dont nous aurions couru. » Selon la chaîne de télévision espagnole TVE, l'équipe EF a officiellement porté réclamation à la suite de ce changement de règles. Affaire à suivre...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.