Tour d'Espagne 2019 : Une polémique dont l'équipe Movistar aurait pu se passer

Tour d'Espagne 2019 : Une polémique dont l'équipe Movistar aurait pu se passer©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 13 septembre 2019 à 21h16

Après avoir accéléré dans la foulée d'une chute ayant retardé Primoz Roglic et Miguel Angel Lopez, l'équipe Movistar a été la cible de critiques de la part, notamment, du Colombien.

C'est sans doute l'action qui résumera au mieux la 19eme étape de la Vuelta. A un peu moins de 70 kilomètres de l'arrivée à Tolède, une chute a ralenti une partie du peloton. Si Tony Martin et Marco Marcato ont été les coureurs les plus touchés, tous deux contraints à l'abandon, Miguel Angel Lopez et Primoz Roglic ont été soit ralenti, soit mis à terre par cet incident de course. Dans une étape où un fort vent de côté a succédé à la pluie, dans la foulée de cette chute, l'équipe Movistar s'est mise en route et accéléré pour provoquer une bordure et mettre en difficulté le porteur du maillot rouge au bénéfice d'Alejandro Valverde et Nairo Quintana. Une action qui a rapidement fait la polémique et beaucoup parler dans le peloton. Le jury des commissaires a alors autorisé les retardataires à profiter du sillage des voitures pour revenir sur le peloton, ce qui a incité la formation Movistar à mettre un terme abrupt à son offensive. Mais, une fois la ligne d'arrivée franchie, la polémique a continué de faire rage au sein des écuries.


Lopez furieux contre Valverde

Si, pendant la course, le directeur sportif de la formation espagnole José Luis Arrieta a assuré que la Movistar avait été dans une telle situation par le passé et personne n'avait attendu ses coureurs, que l'attaque était programmée et n'avait pas pu être interrompue à temps mais également que c'est la décision des commissaires de l'UCI qui a provoqué l'arrêt de l'offensive. Miguel Angel Lopez, qui était visé par cette attaque concertée, n'a pas été tendre avec l'équipe Movistar. « J'ai pensé que ce n'était pas la chose à faire. C'est un manque de respect pour le maillot de leader et ce n'est pas la première fois venant d'eux, a tonné le Colombien dans des propos recueillis par Cyclingnews. Ils sont tout à fait le genre de personnages à tirer le maximum de n'importe quelle situation. Ils jouent toujours au c... » Loin d'être calmé, le coureur de la formation Astana a également visé, à mots couverts, Alejandro Valverde, qui n'a pas voulu revenir sur cet incident face à la presse. « Ces attaques stupides sont ce que l'équipe du champion du monde a l'habitude de faire, c'est ce à quoi ne devons faire face. Quel champion du monde nous avons ! »


Pogacar et Roglic ne jettent pas d'huile sur le feu

De son côté, Nairo Quintana n'a pas hésité à confirmer que cette offensive était un ordre des directeurs sportifs de l'équipe Movistar. Le Colombien, sur le départ vers l'équipe Arkea-Samsic, a également convenu que stopper cette attaque d'envergure était une décisions des coureurs, soutenue par leurs dirigeants. Mais, si certains comptaient sur des personnages comme Primoz Roglic ou Tadej Pogacar pour relancer la polémique, ils en sont pour leurs frais. En effet, les deux Slovènes n'ont pas souhaité jeter plus d'huile sur le feu. « Je m'attendais à ce que l'étape soit calme mais nous nous sommes tous battus pour notre position lors du passage dans ce village et il y a eu une grosse chute, a confié le coureur de la formation UAE Team Emirates. Il est évident que la Movistar n'était pas assez forte pour une telle attaque et ils ont vite réalisé qu'ils ont fait une erreur puis ils ont attendu tout le monde avant que la bataille ne recommence. Attendre ceux qui sont tombés était la bonne décision à prendre. » Le porteur du maillot rouge, pour sa part, n'a pas voulu revenir sur cet incident, préférant réserver son jugement jusqu'au visionnage de cet incident.


La Movistar a finalement présenté ses excuses

Face au tollé que cette offensive au timing bien malvenu, l'équipe Movistar n'a pu que présenter des excuses au travers des réseaux sociaux, tant en espagnol qu'en anglais. « L'équipe Movistar souhaite présenter ses excuses concernant les événements qui se sont déroulés au cours de l'étape du jour de la Vuelta. Notre façon de procéder a suivi exclusivement la stratégie que nous avions prévue avant la course et n'était en aucun cas un moyen de tirer profit des chutes de nos rivaux, assure la formation espagnole via son compte officiel Twitter. Nous souhaitons que des événements comme ceux qui se sont déroulés aujourd'hui (vendredi) nous aident à atteindre, pour le bénéfice de tous, un ensemble de critères fixes, à la fois pour les équipes et les commissaires de course, concernant la manière de procéder lorsque de telles situations se produisent. » Reste que cet incident restera dans les têtes à l'occasion de l'avant-dernière étape de la Vuelta, disputée ce samedi, qui sera la dernière explication pour le maillot rouge avant l'arrivée traditionnelle dans les rues de Madrid.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.