Groupama-FDJ : Pinot n'a jamais pensé à renoncer à cause du coronavirus

Groupama-FDJ : Pinot n'a jamais pensé à renoncer à cause du coronavirus©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER : publié le samedi 07 mars 2020 à 14h35

Présent au départ d'un Paris-Nice qui sera perturbé dans son organisation par les risques liés au Covid-19, Thibaut Pinot a confié ne pas avoir pensé un instant à renoncer à la « Course au Soleil ».



Si de nombreuses équipes ont renoncé à cause des risques liés au Covid-19 (CCC, Mitchelton-Scott, Ineos, UAE Team Emirates ou encore Jumbo-Visma), la formation Groupama-FDJ sera bien présente à Plaisir ce dimanche pour le départ de Paris-Nice. Et pour la mener durant cette semaine de course, l'équipe tricolore pourra compter sur son leader Thibaut Pinot. En effet, le Franc-Comtois a confié face à la presse que renoncer à prendre le départ de la « Course au Soleil » n'était pas une option à ses yeux. « Non, je n'ai pas hésité à venir. Je me sens un peu déconnecté par rapport à ce qui se passe à la télé, c'est vrai qu'on en parle beaucoup mais je ne sens pas une panique autour de moi, a confié Thibaut Pinot face à la presse. Ce qui se passe entre ce qu'on voit à la TV et la réalité du terrain, c'est un peu disproportionné. On verra demain par rapport aux mesures prises par ASO. En tout cas, je n'ai jamais eu peur de venir ici par rapport au virus. »

Pinot mise sur Quintana

En ce qui concerne le volet purement sportif de cette 78eme édition de Paris-Nice, Thibaut Pinot n'a qu'un nom en tête pour le rôle de favori. « De ce que j'ai vu en février, Nairo Quintana me paraît vraiment au-dessus du lot, assure le leader de la formation Groupama-FDJ. S'il passe les premières étapes sans souci, il est le grand favori... et de loin. » Mais, en ce qui le concerne, les ambitions ne sont pas élevées au vu de son début de saison pour sa toute première apparition sur les routes de Paris-Nice, qu'il annonce déjà comme étant « dur ». « C'est bien pour juillet et le Tour de France. Il faut que courre, que je prenne le rythme de la compétition qui me manque, ajoute le Franc-Comtois. Sur le papier, je suis un des favoris mais on verra dimanche à Nice. L'objectif, c'est de repartir de Nice avec le sourire. Je dois surtout me rassurer dans le dernier week-end. » L'arrière-pays niçois sera donc le juge de paix pour le coureur qui vise le maillot jaune sur la Grande Boucle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.