Tour des Flandres : Laporte, ce Français grand outsider

Tour des Flandres : Laporte, ce Français grand outsider©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le samedi 02 avril 2022 à 08h56

En grande forme en ce début de saison, le Français Christophe Laporte s'érige en sérieux outsider du Tour des Flandres, qui se disputera dimanche.



Dimanche dernier, il est passé tout près de frapper un grand coup. Mais il était très déçu, car « seulement » 2eme de Gand-Wevelgem. Bien parti dans la dernière ligne droite, Christophe Laporte s'était fait surprendre par l'Erythréen Biniam Girmay, étonnant vainqueur de la classique belge. Le Français de la formation Jumbo-Visma pourra peut-être se rattraper ce dimanche lors du Tour des Flandres.

D'autant que son coéquipier et grand favori Wout Van Aert a déclaré forfait pour la course. Malade, le Néerlandais a dû renoncer. « C'est vraiment une mauvaise nouvelle pour nous s'il n'est pas présent. C'est l'un des grands favoris, et notre leader. Ça va changer la course pour nous mais aussi pour les autres », avait relevé Laporte avant l'officialisation de l'absence de son partenaire. L'ancien de Cofidis pourrait du coup tirer son épingle du jeu sur le Ronde. A 29 ans, le coureur tricolore est en forme. Avant sa 2eme place à Gand-Wevelgem, Laporte avait remporté la première étape de Paris-Nice et pris la 2eme place sur le GP E3.

Un début de saison canon pour Laporte

Laporte, transféré cet hiver en provenance de Cofidis, réalise ainsi le meilleur début de saison de sa carrière. « Je ne savais pas si j'étais capable de gagner des grandes courses. Je pensais l'être sur Paris-Nice et je l'ai fait. Mais de là à être devant et acteur sur les grandes classiques. C'est motivant et j'élève encore mes objectifs. En plus, être avec un coureur comme Wout (Van Aert) me pousse à repousser mes limites. Quand je le vois attaquer dans le Paterberg, j'ai envie d'être à l'avant avec lui », a livré le Français dans Ouest-France en référence au GP E3, remporté par son célèbre coéquipier.

A quoi attribuer cette forme resplendissante ? A un stage de trois semaines en altitude à Tenerife, déjà. « J'étais déjà bien après un stage d'une semaine, donc après trois semaines l'effet est encore meilleur. On ne fait rien à côté, la récupération est meilleure donc on peut s'entraîner plus. On a des grosses charges d'entraînement. Et l'altitude m'a aussi fait du bien », explique Laporte qui évoque aussi comme raisons le matériel, la densité de l'effectif, la performance et la nutrition. « Je n'ai pas découvert ça mais je n'avais pas les outils. Tout le côté performance que je retrouve chez Jumbo, je ne le retrouvais pas chez Cofidis. Tout est question de budget. Il n'est pas le même et nous coureurs, on ne peut pas avoir les mêmes attentes », dit le Français qui a désormais « toutes les cartes en main pour être le meilleur coureur possible ». S'il l'emporte dimanche sur le Tour des Flandres, il deviendrait le premier Français à s'imposer depuis 1992 et un certain Jacky Durand.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.