Viviani : "On a dit que je n'étais plus bon à rien..."

Viviani : "On a dit que je n'étais plus bon à rien..."©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 29 mars 2021 à 16h13

Certains estimeront qu'Elia Viviani s'enflamme un peu dans son discours revanchard, puisque ce n'était que Cholet - Pays de Loire... A l'Italien de confirmer dans les prochaines semaines et ainsi faire taire les sceptiques. Sinon...



Elia Viviani, en gagnant dimanche Cholet-Pays de Loire, a décroché son premier succès chez Cofidis un an et demi après son arrivée au sein de l'équipe française. "Finalement, c'est fait, s'exclamait-il à l'arrivée, soulagé, pour Directvelo.com. C'est vrai que ça a pris énormément de temps ! Quand tu ne gagnes pas pendant un an et demi, forcément, c'est que tu es en difficulté. Le problème dans ce genre de situation, ce sont les discours de certains, qui ont des doutes. On a dit que je n'étais plus bon à rien, que j'étais fini, et tout ce bla-bla... Mais je savais, avec les entraînements que je faisais et les sacrifices du quotidien, que ce n'était qu'une question de temps, car je suis quelqu'un de très pro. Quand tu changes d'équipe, ça ne se fait pas en un claquement de doigts. On avait besoin de temps, et c'est arrivé !"

Le sprinteur italien de 32 ans ne s'était donc plus imposé depuis 554 jours, sur le Tour de Slovaquie en septembre 2019, alors qu'il portait encore le maillot de Deceuninck - Quick Step. Il espère et estime que cette victoire fera enfin figure de déclic salvateur : "On va continuer comme ça, je suis confiant. Si le problème était, jusque-là, de ne pas encore avoir brisé la glace, c'est chose faite et on doit désormais continuer dans la même direction. Je suis content, mais le scénario du jour ne doit pas rester une exception, ça doit se reproduire. On doit continuer de gagner d'autres courses. Le but n'est pas d'attendre des mois pour gagner encore." Triste de ne pas avoir pu participer à Gand-Wevelgem dimanche, mais c'était donc pour la bonne cause, il sera engagé mercredi sur A Travers la Flandre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.