UCI : Des équipes pourraient ne pas survivre à la crise

UCI : Des équipes pourraient ne pas survivre à la crise©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 12 mai 2020 à 10h50

Malgré les mesures d'économies prises par certaines équipes, le président de l'UCI David Lappartient a confirmé dans la presse néerlandaise que la crise pourrait emporter plusieurs d'entre-elles.

Le cyclisme pourrait être durement touché par la crise économique liée à la crise sanitaire du Covid-19. De nombreuses équipes, telles Lotto-Soudal, Bahrain-McLaren ou Astana, ont déjà pris des mesures permettant de faire d'importantes économies, notamment au niveau du salaire des coureurs. Mais, alors que la société polonaise CCC pourrait cesser son implication dans le cyclisme afin de limiter les conséquences de cette crise sur ses activités, le président de l'Union Cycliste Internationale (UCI) David Lappartient n'a pas minimisé le risque de voir le nombre d'équipes professionnelles se réduire. « Nous savons que trois, quatre ou cinq équipes ont plus de problèmes que les autres, a déclaré l'ancien président de la Fédération Française au quotidien néerlandais De Telegraaf. Nous espérons qu'elles parviendront toutes à terminer la saison. » C'est dans cet objectif que le calendrier 2020 a été construit autour des dates du Tour de France.

Lappartient nie un déplacement des Mondiaux 2019

Toutefois, l'UCI ne pourra pas venir à l'aide de ces équipes en souffrance. « Malheureusement, nous ne sommes pas une banque. Nous n'avons que 600 000 euros, a déclaré David Lappartient au quotidien italien Corriere della Sera. Nos efforts sont concentrés sur le calendrier afin de pouvoir organiser les courses. C'est le seul moyen permettant de redonner de l'oxygène aux équipes. » Car cette crise économique touche également l'UCI, qui a dû mettre au chômage partiel une large partie de ses employés alors que ses dirigeants ont consenti une baisse de salaire. « Notre fédération traverse une crise inédite depuis la Seconde Guerre Mondiale », ajoute David Lappartient dans son intervention dans la presse néerlandaise. Une UCI dont l'épreuve-reine, les championnats du monde, pourraient être également mis en difficulté mais le président de l'instance assure qu'ils auront lieu à Aigle-Martigny. « Je ne suis pas au courant de cela. Nous voulons organiser les Mondiaux à Aigle-Martigny sur le parcours le plus dur et le plus beau des 40 dernières années, a répondu le patron du cyclisme mondial aux rumeurs de relocalisation des Mondiaux au Moyen-Orient. Ce sera historique car, pour la première fois, les coureurs qui auront fait le Tour de France et ceux qui prépareront le Giro s'affronteront. Ces Mondiaux seront spéciaux. » Le calendrier condensé pourrait décider certains coureurs à faire l'impasse sur ce parcours très sélectif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.