Transferts : Contador comprend le choix de Froome de rejoindre Israel Start-Up Nation

Transferts : Contador comprend le choix de Froome de rejoindre Israel Start-Up Nation©Media365

Marie Mahé, publié le mardi 21 juillet 2020 à 08h40

Dans une interview accordée à Cyclingnews, Alberto Contador a confié comprendre le choix de Christopher Froome de rejoindre Israel Start-Up Nation, à l'issue de la saison 2020.

Un choix qui en avait surpris plus d'un. En décidant de quitter Ineos, à l'issue de la saison 2020, pour rejondre Israel Start-Up Nation, Christopher Froome s'apprête à débarquer là où personne l'attendait. Pourtant, Alberto Contador le comprend. C'est en tout cas ce que le principal intéressé a confié à Cyclingnews. D'ailleurs, l'ancien cycliste estime même que cette décision du Britannique est logique. Selon « El Pistolero », lors du Tour de France 2021, il faudra inclure le natif de Nairobi parmi les favoris à la victoire finale, avec très certainement un duel avec les têtes d'affiche de sa future ancienne formation qui vaudra le détour. Celui qui a rangé son vélo à l'issue du Tour d'Espagne 2017 a ainsi notamment déclaré : « Le départ de Froome est logique. Il a gagné quatre fois le Tour de France, le Giro et la Vuelta et se sent assez fort pour prétendre à la victoire finale. Je pense que Egan Bernal est un coureur qui va dominer les Grands Tours pendant longtemps. Donc si Froome voulait rester chez Ineos, il allait devoir se mettre au service de Bernal. »

Contador : « A mon avis, un coureur peut se battre pour la victoire finale d'un Grand Tour jusqu'à 38 ou 39 ans »

Chez Israel Start-Up Nation, Froome n'aura alors probablement pas une équipe aussi compétitive à ses côtés, comme ce fut le cas chez Sky puis Ineos ces dernières années. Toutefois, toujours selon Contador, cela ne devrait pas le freiner, bien au contraire, lui qui affirme même : « Je suis persuadé qu'ils cherchent des coureurs pour soutenir Froome. Il y a encore beaucoup de noms sur le marché. » L'an prochain, le Britannique aura alors 36 ans. Un âge qui ne sera clairement pas un handicap pour celui qui a lui-même triomphé sur la Grande Boucle à deux reprises, en 2007 et en 2009 : « Dans le cyclisme d'aujourd'hui, les efforts sont contrôlés et calculés. Cela permet donc aux coureurs de continuer leur carrière plus longtemps. A mon avis, un coureur peut se battre pour la victoire finale d'un Grand Tour jusqu'à 38 ou 39 ans. » Lors de la Vuelta 2013, Chris Horner s'était imposé, alors qu'il était déjà âgé de 42 ans. Un exemple sur lequel s'appuyer pour Froome ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.