Tour du Pays Basque : Alaphilippe s'arrête là

Tour du Pays Basque : Alaphilippe s'arrête là©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 11 avril 2019 à 11h43

Pris dans une chute collective, mercredi lors de la 3eme étape du Tour du Pays Basque, Julian Alaphilippe, victime de nombreuses contusions, n'a pas pris le départ de la 4eme étape, ce jeudi entre Vitoria-Gasteiz et Arrigorriaga (163,6 km). Dans un communiqué, l'équipe Deceuninck-QuickStep a annoncé que dans l'optique des classiques ardennaises qui se profilent, il était mieux que le Français, 77eme du général au moment de son abandon, se préserve.

Julian Alaphilippe jette l'éponge. Au lendemain de sa violente chute survenue dans le final de la 3eme étape du Tour du Pays Basque, mercredi, le puncheur français de l'équipe Deceuninck-QuickStep n'a pas pris le départ de la 4eme étape, ce jeudi entre Vitoria-Gasteiz et Arrigorriaga, a annoncé sa formation en fin de matinée dans un communiqué. « Julian Alaphilippe abandonne », indique l'équipe belge, qui précise que cette décision a été prise avant tout pour permettre au vainqueur du dernier Milan-San Remo de récupérer avant de songer éventuellement à faire son retour sur les classiques ardennaises qui se profilent. « Après avoir été examiné par les médecins et compte tenu des blessures subies hier (mercredi) et les conditions météorologiques annoncées, l'équipe a décidé qu'il était préférable qu'il s'arrête et se concentre sur son rétablissement. Nous continuerons à suivre ses progrès en amont des Ardennes. » Vainqueur de la deuxième étape, Alaphilippe avait vu ses espoirs de doublé briser mercredi à six kilomètres de l'arrivée dans une chute collective. Au même titre qu'une vingtaine d'autres coureurs du peloton, le Chérien s'était fait surprendre dans un virage sur la gauche et s'était retrouvé au sol, sa tête venant même frapper lourdement la chaussée alors que le peloton, sous tension dans ce final, roulait à vive allure.



Alaphilippe sur pied pour l'Amstel Gold Race ?


Heureusement pour le héros du début de saison dans le camp tricolore, il avait pu remonter normalement sur son vélo (il était néanmoins resté allongé pendant deux minutes sur la route) et une fois franchie la ligne d'arrivée, en dernière position à près de treize minutes du vainqueur Maximilian Schachmann, il ne s'était plaint que de contusions, certes nombreuses. « Ca ne semble pas sérieux, mais j'ai des écorchures et des douleurs (aux coudes, au dos et au genou droit), analysait celui qui avait fait des ravages lors du dernier Tour de France en remportant deux étapes et en terminant avec le maillot de meilleur grimpeur sur le dos à Paris. L'équipe continuera donc à me surveiller ces prochains jours. Je ne sais vraiment pas ce qui s'est passé, c'était une roue qui a touché devant moi et l'instant suivant, j'étais au sol. C'est la première fois de ma carrière que je chute à grande vitesse, mais je suis heureux de pouvoir terminer l'étape. La seule chose que nous puissions faire maintenant est de voir comment les choses se passent et ce que je ressens le matin. » Visiblement pas très bien, dans la mesure où il a semblé préférable à la Deceuninck-Quick Step à dix jours de l'Amstel Gold Race, première étape d'un triptyque comprenant également la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège de retirer son coureur de la course, lui qui avait rétrogradé en 77eme position après sa chute. Il y a deux ans, « Alafpolak » avait déjà dû abandonner le Tour du Pays Basque avant d'être opéré (du genou droit, déjà touché à l'époque) et de devoir renoncer aux classiques ardennaises ainsi qu'au Tour de France. Cette fois, il devrait être de nouveau rapidement sur pied. Croisons les doigts.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.