Tour de Turquie - Jakobsen : "J'ai eu un peu peur, mais je suis fier"

Tour de Turquie - Jakobsen : "J'ai eu un peu peur, mais je suis fier"©Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 11 avril 2021 à 20h36

La première étape du Tour de Turquie, décalée d'un jour à cause de la météo, a pu enfin permettre à Fabio Jakobsen de retrouver le vélo en compétition. Une grande avancée pour le sprinteur néerlandais, hautement symbolique.



Huit mois après son terrible accident au sprint sur le Tour de Pologne (coma artificiel après un traumatisme crânien et une fracture du palais), Fabio Jakobsen a fait son retour dimanche au Tour de Turquie. "C'était une très belle journée, résume le coureur danois de 24 ans sur le site de son équipe Deceuninck - Quick Step. C'était une sensation particulière, difficilement descriptible. J'adore faire du vélo. C'était bien d'avoir une étape courte comme ça, de 72 kilomètres, pour m'habituer à nouveau au peloton. Au début, je dois bien admettre que lors des premiers coups de frein, j'ai eu un peu peur. Mais finalement, je suis même allé à l'avant du peloton..." C'est son nouveau coéquipier Mark Cavendish qui jouait bien sûr le sprint final, ne terminant que quatrième.

"Une journée si spéciale..."

"Au début de l'étape, beaucoup de collègues sont venus me voir pour parler un peu. Des jeunes et des moins jeunes. Cette vague de soutien était très émouvante, ils m'ont expliqué à quel point ils étaient heureux de me revoir, ils m'ont tous souhaité bonne chance. J'ai quand même essayé d'aider les gars dès que possible, même si le but était de finir cette journée si spéciale... Je me suis un peu perdu à dix kilomètres de l'arrivée, je n'ai pas pu être là pour le final. Mais achever cette première course depuis si longtemps, ça me rend fier et m'apporte beaucoup de confiance."


Son coéquipier français Florian Sénéchal l'a salué sur les réseaux sociaux : "Tu es enfin de retour, mon ami !" De même que Remco Evenepoel, lui aussi victime d'une énorme chute à la même période au Tour de Lombardie, qui estime qu'il a "remporté la plus dure bataille". Et enfin un autre de ses partenaires d'équipe, Nathan Haas, qui s'est exprimé plus longuement : "J'étais derrière cette chute en Pologne, j'avais vraiment lutté mentalement. C'était horrible. Alors, le voir courir à nouveau est plus qu'inspirant. Il a déjà mon vote pour le coureur de l'année. Les docteurs lui ont sauvé la vie et ont aussi été très impactés. Vous êtes nos vrais héros."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.