Tour de San Juan : La Deceuninck-Quick Step prête à claquer la porte ?

Tour de San Juan : La Deceuninck-Quick Step prête à claquer la porte ?©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 30 janvier 2019 à 17h10

Alors que son coureur Iljo Keisse a été exclu du Tour de San Juan suite à une photo où il mime un geste obscène, Patrick Lefevere a menacé de retirer son équipe de la course... dont le leader est son coureur Julian Alaphilippe.

Solide leader du Tour de San Juan suite à ses succès dans les 2eme et 3eme étapes respectivement disputées ce lundi et ce mardi, Julian Alaphilippe sera-t-il en mesure de défendre ses chances jusqu'au bout ? Une ombre plane sur la course depuis l'exclusion du Belge Iljo Keisse à la suite d'un scandale né d'une photo où le coureur de la formation Deceuninck-Quick Step a mimé un acte sexuel dans le dos d'une serveuse qui posait avec plusieurs autres membres de l'équipe belge. Face au tollé né de cette affaire, la direction de course a, en effet, décidé de ne plus accepter le coureur de 36 ans et de le sanctionner d'une amende. Mais cette décision ne passe pas pour Patrick Lefevere, directeur de la formation Deceuninck-Quick Step.

Lefevere : « Nous allons examiner le règlement de l'UCI »

Ce dernier, dans un entretien accordé au quotidien belge néerlandophone Het Laaste Nieuws, a clairement émis l'idée de voir son équipe quitter précipitamment la course dans la veine de cette affaire. « Si ça ne tenait qu'à moi, je retirerais toute l'équipe de la course, tonne Patrick Lefevere. Nous allons examiner le règlement de l'UCI. » Le patron de l'équipe surnommée « Wolfpack », s'il ne cautionne pas le geste de son coureur, assure ne pas comprendre pourquoi une telle sanction a été prise. « Bien sûr, je ne suis pas content de la pose d'Iljo. C'est mal et il le sait lui-même. Mais il a payé une amende de 70 euros et la police a classé l'affaire, assure Patrick Lefevere avant, de manière plutôt surprenante et à même de relancer la polémique, de s'en prendre directement à la victime du geste obscène d'Iljo Keisse. Et pourtant, cette femme continue à faire parler d'elle. Elle veut de l'argent, non ? » Une extrémité à laquelle la victime assure ne pas vouloir avoir recours dans un entretien accordé à Marca. De quoi assombrir encore un peu plus ce début de saison cycliste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.