Tour de Lombardie : Une victoire au goût de revanche pour Thibaut Pinot

Tour de Lombardie : Une victoire au goût de revanche pour Thibaut Pinot©Twitter @Il_Lombardia, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 14 octobre 2018 à 09h23

Après sa victoire dans le Tour de Lombardie devant Vincenzo Nibali dans les rues de Côme, Thibaut Pinot a confié qu'il voulait cette revanche sur l'Italien.

Pour la première fois depuis Arnaud Démare sur Milan-Sanremo en 2016, un Français a accroché un Monument à son palmarès. A l'issue d'un numéro dans le final autour de Côme, Thibaut Pinot s'est imposé en solitaire dans le Tour de Lombardie, dernière classique majeure au calendrier international devant Vincenzo Nibali et remporter pour la première fois de sa carrière une des cinq plus grandes classiques du cyclisme mondial (Milan-Sanremo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et Tour de Lombardie). Pour le leader de la formation Groupama-FDJ, c'est un véritable objectif qui est atteint. « S'il y avait une course à cocher, c'était le Tour de Lombardie, et si, à la fin de ma carrière, elle n'avait pas été inscrite à mon palmarès, j'aurais ressenti un terrible manque, a confié le Français dans les colonnes du quotidien L'Equipe. Depuis que je suis gamin, elle me fascine. J'ai encore en tête les images des doublés de Paolo Bettini et Damiano Cunego, ce sont eux qui m'ont transmis la passion de la Lombardie. »

Pinot : « Une revanche personnelle face à Nibali »


Une victoire qui s'est dessinée dans les 30 dernies kilomètres de course quand, un à un, Primoz Roglic, Egan Bernal puis Vincenzo Nibali n'ont pas été en mesure de suivre un Thibaut Pinot monumental. « L'échappée à quatre avec Roglic, Bernal, Nibali et moi avait du sens. A 30 kilomètres de l'arrivée, c'était du grand spectacle et j'espère que tout le monde l'a ressenti comme ça devant son écran de télévision. Cette attaque nous ressemble, elle résume notre façon de courir en prenant des risques, résume le Tricolore. Après, il y a ce moment où je sens Nibali lâcher prise, je me suis alors dis qu'il faut tout donner. Dans mon esprit, j'avais situé mon arrivée à moi au sommet du Civiglio. Si je passais là tout seule en tête, la suite devait me favoriser. Il ne fallait pas prendre de risques pour pouvoir vraiment savourer ces derniers moments. En solitaire dans le final de la Lombardie, quel rêve ! » Une arrivée qui lui a permis de faire oublier les souvenirs des éditions 2015 et 2017 quand il avait été contraint de s'incliner face à un seul homme : Vincenzo Nibali. « Je tenais à cette revanche personnelle face à Vincenzo Nibali, et surtout dans ces conditions. Tout s'est passé exactement comme je l'avais rêvé, ajoute Thibaut Pinot. Être échappé dans le final avec lui, le lâcher avant le sommet du Civiglio et arriver tout seul à Côme. Je l'ai fait ! C'est quand même tout un symbole de battre Nibali ici. »

Pinot : « Je jouerai la victoire pour le Mondial 2020 »


Ces deux défaites face au Requin de Messine, Thibaut Pinot ne les regrette pas et, à ses yeux, elles donnent une plus grande saveur à ce triomphe sur des routes italiennes qui lui plaisent tant. « En 2015 et 2017, j'étais tombé sur plus fort que moi, en l'occurrence sur Nibali. Aujourd'hui (samedi), c'était moi le plus fort, tout simplement, assure le coureur Groupama-FDJ. Je ne me sens jamais aussi bien sur le vélo que quand je suis heureux. Heureux d'être sur ces routes italiennes, de vivre des moments importants de l'histoire du cyclisme. C'est aussi ça qui me motive. » Un succès qui vient couronner une fin de saison de toute beauté de la part du coureur tricolore, lancé vers la Lombardie par un succès dans Milan-Turin. « C'est vrai que j'enchaîne de belles victoires avec les deux étapes à la Vuelta, mais aussi Milan-Turin jeudi dernier. Même si ce n'est pas une classique du même niveau que la Lombardie, il faut quand même la gagner. Mais ma seule obsession, c'était de décrocher la plus grande, la plus belle aujourd'hui (samedi). J'ai mis tellement de temps pour dompter ce Tour de Lombardie que le bonheur est d'autant plus intense. » Un succès dans un Monument qui, également, efface la déception du Mondial, où il s'était mis au service de Julian Alaphilippe pour finalement lancer Romain Bardet vers le podium et lui donne déjà de l'ambition pour l'avenir « En Autriche, j'étais avec l'équipe de France et j'avais d'autres consignes de course. Là, je cours pour mon sponsor comme leader. Toute l'équipe était derrière moi. On va dire que ma victoire aujourd'hui (samedi) efface tout et je peux déjà annoncer que je jouerai la victoire sûre à Martigny pour le Mondial 2020, sur un parcours aussi difficile. » Ambitieux, Thibaut Pinot vise déjà loin et a de quoi justifier un tel objectif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.