Tour de France : une partie du centre-ville détruite pour accueillir les coureurs ?

Tour de France : une partie du centre-ville détruite pour accueillir les coureurs ?©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 18 novembre 2016 à 22h25

C'est une histoire assez rocambolesque. Pour accueillir l'arrivée de la deuxième étape du Tour de France, le 2 juillet prochain, la ville de Liège (Belgique) va-t-elle devoir démolir une partie des voiries qu'elle vient tout juste de réaménager ? C'est en tout cas une possibilité évoquée par LaMeuse.be.

En effet, Liège va devoir faire face à un problème de taille qui apparaît à quelques centaines de mètres de la ligne d'arrivée, car la chaussée est trop étroite.

Par conséquent, des travaux d'aménagement sont nécessaires et donc il faudra démolir des trottoirs et des parties des nouveaux terre-pleins centraux pour élargir la route.

"Il y a un rétrécissement à cet endroit. Or, nous sommes là dans le final de l'étape et nous sommes obligés d'envisager une arrivée au sprint avec 200 coureurs. Donc, le final doit être fluide. Il faut entre six et sept mètres de large sur ce morceau entre la rue de Fragnée et l'avenue Blonden", confie ASO, la société organisatrice du Tour de France à LaMeuse.Be.

Selon le média belge, cette éventualité fait grincer des dents chez les élus locaux et certaines voix se sont élevées pour manifester leur opposition à ce projet de toucher aux nouveaux aménagements des quais, inaugurés il y seulement un an et demi, juste pour une compétition sportive. "Comment la population pourrait-elle comprendre que l'on dépense de l'argent pour réaménager un endroit neuf juste pour le Tour de France ?", s'interroge un observateur.
Les premières estimations de ces travaux d'aménagement se montent à un peu moins de 300.000 euros. Le bourgmestre de la ville, Willy Demeyer, s'est refusé à tout commentaire pour l'instant soulignant que le dossier était à l'étude et qu'aucune option n'avait été décidée par le collège.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU