Prudhomme veut bannir cet objet polémique

Prudhomme veut bannir cet objet polémique©Media365
A lire aussi

Joseph RUIZ, publié le vendredi 26 octobre 2018 à 07h42

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, a demandé l'interdiction pure et simple des capteurs de puissance en course. Une mesure attendue par une grande partie des observateurs du cyclisme.


Christopher Froome qui mouline les yeux rivés sur son compteur puissance en pleine ascension dans un moment chaud : cette image vue à de nombreuses reprises a interpellé les observateurs du cyclisme professionnels ces derniers mois. A tel point que le phénomène a été étudié et le public s'est alors rendu compte que le Britannique n'est absolument pas le seul à utiliser le plus possible ses données de puissance en direct (calculées en watts) pour gérer ses efforts de la meilleure manière possible. Lors de la présentation du parcours du Tour de France 2019, le directeur Christian Prudhomme a fait une déclaration très importante dans ce dossier.



Prudhomme veut « retrouver le bluff »
« Pour redonner du souffle », Christian Prudhomme a demandé l'interdiction des capteurs de puissance. « Nous réaffirmons notre volonté de voir disparaître en course les capteurs de puissance qui réduisent à néant la belle incertitude du sport », a déclaré le directeur du Tour de France, récoltant les nombreux applaudissements du Palais des Congrès. « Il faut redonner du bluff, du poker, que cela puisse à nouveau exister, a-t-il ensuite étayé face aux différents médias. Les coureurs, avec ces capteurs-là très utiles à l'entraînement, savent très bien combien de temps ils peuvent encore faire un effort à tel niveau. Donc retrouver le bluff avec des gars qui font croire qu'ils en ont encore alors qu'ils n'ont plus rien me paraît très important. »



Lappartient freine cette mesure pour le moment
Pour voir cette mesure en place, et donc ne plus voir ces petits appareils posés sur les guidons des coureurs cyclistes, il faudra patienter. « Cela dépend de l'Union Cycliste Internationale (UCI), a rappelé Christian Prudhomme. J'ai dit ce que je pensais, ce qu'on pensait. » David Lappartient, le Français président de l'UCI a réagi : « Si ça doit être fait, ce ne sera pas avant la saison 2020 car on ne peut pas changer les règles en cours d'année ». Il faudra donc encore un peu de patience avant de voir de véritables mesures dans ce dossier polémique. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.