Poulidor très fier de la victoire de son petit-fils sur l'Amstel Gold Race

Poulidor très fier de la victoire de son petit-fils sur l'Amstel Gold Race©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 23 avril 2019 à 17h32

Dans une interview accordée au journal Le Populaire du Centre, Raymond Poulidor est revenu sur la victoire de son petit-fils Mathieu Van der Poel dimanche dernier lors de l'Amstel Gold Race.

Grand-père de Mathieu Van der Poel, vainqueur dimanche dernier de l'Amstel Gold Race, Raymond Poulidor n'a évidemment pas manqué une miette de la prestation de son petit-fils. Dans des propos accordés au journal Le Populaire du Centre, "Poupou" explique avoir été estomaqué par la performance du coureur néerlandais : « Lorsque j'ai vu l'attaque de Mathieu, j'ai eu la même réaction que Laurent Jalabert qui était aux commentaires et qui a dit qu'il était fou. Je me suis dit  : "Mais c'est un fou !" (...) Mais après il a très, très bien couru, intelligemment. Il s'est fait ignorer, il s'est désintéressé de la course, les autres ont pensé qu'il avait une faiblesse et qu'il devait récupérer. Tout le monde a alors participé à la poursuite et les écarts n'ont jamais été énormes. Et ensuite Mathieu a réalisé une fin de course... Tout le monde est sidéré. »

« Il est plus fort que le grand-père et que le père »

« Il court très intelligemment. Très, très intelligemment. Et puis, il court pour gagner. La deuxième place ne l'intéresse pas. Dimanche, j'ai bien vu, il s'est fait ignorer sur les derniers kilomètres. Et ce qu'il a fait sur la fin, je me répète mais ça sort du lot ! Il est terrible, extraordinaire ! », a poursuivi Poulidor, toujours dithyrambique. Au sujet des comparaisons avec ses aînés, celui qui a terminé à trois reprises deuxième du Tour de France n'y va pas par quatre chemins : « Ah il est plus fort que le grand-père et que le père aussi ! Et le père est d'accord ! ».

A la question de savoir s'il pourrait un jour remettre le Maillot Jaune à son petit-fils sur le Tour de France, Poulidor se montre indécis même si l'idée ne lui déplaît évidemment pas : « Je ne sais pas. J'emploierais une expression en vous disant : "Si Dieu le veut..." Après, lui remettre le Maillot Jaune, il faudra que je sois toujours là. Mais oui, ce serait énorme... »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.