Paris-Tours : Gilbert satisfait de sa dernière course

Paris-Tours : Gilbert satisfait de sa dernière course©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 09 octobre 2022 à 23h40

Alors qu'il a conclu sa carrière lors de Paris-Tours, Philippe Gilbert a assuré être heureux de sa journée même s'il n'a pas été en mesure de tenter sa chance dans le final.



Philippe Gilbert a tiré sa révérence. Après une carrière longue de deux décennies, le coureur belge a raccroché son vélo ce dimanche à l'occasion de Paris-Tours. Admettant que « c'était très nerveux » toute la journée, le Belge s'est satisfait d'avoir pu éviter les chutes. « C'était vraiment très nerveux mais c'était à prévoir avec une course pareille, a ajouté Philippe Gilbert au micro de la RTBF. Je suis content d'avoir pu être là sans casse dans le final. » Conclue sur un sprint massif ayant permis à Arnaud Démare de l'emporter pour la deuxième année de suite, la « classique des feuilles mortes » a vu Philippe Gilbert couper la ligne d'arrivée en 27eme position après une course dont il a été un acteur et pas un spectateur. « C'était difficile d'essayer, il y avait beaucoup de sprinteurs et d'équipiers présents, la course était assez fermée, a résumé le Belge. J'ai essayé de suivre quelques coups mais ce n'était pas évident. J'étais là, j'étais attentif. »

Gilbert : « Heureux, un peu fatigué mais heureux »

Mais, face à des conditions de course défavorables dans le final, Philippe Gilbert n'a pas eu l'opportunité de s'exprimer et s'est fait une raison. « J'ai vu à une quinzaine de kilomètres que ça allait être difficile de tenter quoi que ce soit parce que le vent était vraiment défavorable, a confié le coureur de l'équipe Lotto-Soudal. J'ai suivi et je me suis dit que s'il y avait une possibilité dans les cinq derniers kilomètres, j'allais essayer de la saisir mais ce n'était pas évident avec ces routes très larges. » Interrogé sur ce qu'il ressentait maintenant que sa carrière était arrivée à son terme, Philippe Gilbert a confié être « heureux, un peu fatigué mais heureux ». Quant à savoir ce qui lui a traversé l'esprit dans le dernier kilomètre, le Belge s'est montré terre-à-terre. « A quoi j'ai pensé dans le dernier kilomètre ? À ne pas tomber, a-t-il affirmé. J'ai pu sprinter jusqu'aux 400 derniers mètres puis j'étais en roue libre parce que toutes les routes étaient fermées. Je suis vraiment content de finir ici. » C'est une nouvelle vie qui démarre pour le Belge, qui aura marqué son époque.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.