Paris-Roubaix : Un hommage émouvant à Michael Goolaerts

Paris-Roubaix : Un hommage émouvant à Michael Goolaerts©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 10 avril 2018 à 15h55

Coéquipier et ami de Michael Goolaerts, Wout Van Aert lui a rendu hommage au travers d'une lettre ouverte.

Le monde du cyclisme professionnel est en deuil depuis ce dimanche suite au décès de Michael Goolaerts. Le coureur belge de la formation Veranda’s Willems-Crelan s’est effondré sur la route suite à un arrêt cardiaque qui lui a été fatal plus tard dans la journée. Touché par le décès de son coéquipier, dont il était proche, Wout Van Aert s’est exprimé au travers d’une longue lettre ouverte adressée à Michael Goolaerts, publiée sur son blog.

« Mes pensées vont à mon coéquipier Michael Goolaerts, qui a perdu la vie hier (dimanche). Pas de récit de ma course sur mon site web aujourd'hui. Parce que ça n'a pas d'importance. Oui, j'ai travaillé depuis des semaines en vue de Paris-Roubaix - ma classique pavée préférée. Je voulais terminer un solide printemps sur la route avec style. Avec une grande performance, et puis profiter de vacances bien méritées avec Sarah. Malheureusement, la situation est complètement différente : tous les résultats du printemps disparaissent après le décès de notre coéquipier Michael Goolaerts. C'est ainsi que je termine ma campagne sur route avec un arrière-goût très amer.

C'est et reste irréel. Je connais Michael depuis que je suis aspirant. Nous sommes tous les deux nés en 1994 et, de plus, nous venons de la même région. Nous avons donc couru ensemble depuis longtemps en tant que concurrents. Nous ne sommes coéquipiers que depuis l'an dernier. Je me souviens de Michael comme d'un homme souriant. Jamais malveillant et toujours extrêmement motivé. Un garçon plein de talent, même s'il avait besoin d'un peu plus de temps pour grandir que moi. En fait, il avait fait un grand pas en avant cette année. Le fait qu'il s'est fait remarquer plus que moi pendant tout le printemps en dit long sur sa mentalité.

Paris-Roubaix était aussi le parcours de rêve de Michael. Mercredi dernier, nous sommes allés avec l'équipe pour explorer l'Enfer. Nous nous sommes également parlé pendant la course - une fois la première échappée partie. Il allait m'aider le plus longtemps possible. Cela ne s'est pas produit. Non, je n'ai jamais su ce qui se passait pendant la course. Le chef d'équipe a pris la décision de ne pas m'informer et je pense que c'était le bon choix. À l'époque, tout le monde était encore dans l'inconnu au sujet de la situation de Michael. L'espoir que tout se passerait bien est resté longtemps intact.

Ce n'est qu'après la course que j'ai été informé de la situation. Les heures suivantes, je les ai passées avec les coéquipiers. D'abord dans le bus de l'équipe, puis à l'hôtel de l'équipe à Nazareth. Nous avons cherché du soutien ensemble, tout en continuant d'espérer un signal positif. Malheureusement, cela ne s'est pas produit. En fin de soirée, Michael a perdu la bataille. Une bataille qu'il ne pouvait apparemment pas gagner. 'L'Enfer du Nord mène au paradis' est le slogan de Paris-Roubaix. Je ne sais pas quoi penser de cela aujourd'hui

J'ai perdu non seulement un super coéquipier, mais aussi un bon ami. Sarah et moi avons entre-temps décidé d'annuler notre voyage - nous devions partir pour un voyage de trois semaines le long de la côte ouest américaine mercredi. De toute façon, ça ne nous aurait pas plu. Et je ne veux manquer les funérailles de Michael sous aucun prétexte.

Enfin, au nom de Sarah et de moi-même, j'aimerais souhaiter beaucoup de courage à tous ceux qui aiment Michael. Puis-je faire un appel ? S'il vous plaît, gardez le souvenir de Michael vivant ! Souvenez-vous de lui comme je le ferai : comme ce type espiègle avec ce sourire éternel. Il restera toujours une source d'inspiration. Repose en paix là-haut, camarade ! »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU