Paris-Roubaix : Sagan résiste à Dillier et inscrit son nom au palmarès

Paris-Roubaix : Sagan résiste à Dillier et inscrit son nom au palmarès©Media365

Aurélien CANOT, publié le dimanche 08 avril 2018 à 17h20

Remporter Paris-Roubaix, Peter Sagan en rêvait depuis ses plus jeunes années. Déjà vainqueur du Tour des Flandres, le Slovaque, à 28 ans, a enlevé dimanche dans le Nord le deuxième « Monument » de sa carrière. Entré dans le Vélodrome avec dans sa roue Silvan Dillier, Sagan n'a laissé aucune chance au Suisse.

Remporter Paris-Roubaix, Peter Sagan en rêvait depuis ses plus jeunes années. Déjà vainqueur du Tour des Flandres, le Slovaque, à 28 ans, a enlevé dimanche dans le Nord le deuxième « Monument » de sa carrière. Entré dans le Vélodrome avec dans sa roue Silvan Dillier, Sagan n’a laissé aucune chance au Suisse. A la manière d’un pistard, le leader de la Bora-Hansgrohe, resté sagement derrière Dillier dans un premier temps, a plongé et lancé le sprint. Pris de vitesse, le coureur de l’AG2R-La Mondiale ne pouvait que s’avouer vaincu. Grand spécialiste de ce genre d’arrivée, le triple champion du Monde en titre, le visage noirci par la poussière, pouvait exulter. En 2017, sur Milan-San Remo, tout le monde le voyait déjà régler Michal Kwiatkowski. Pourtant, c’est le Polonais qui avait su tirer son épingle du jeu. Cette fois, Sagan, échaudé, ne s’est pas laissé surprendre. Le voilà donc avec enfin à son palmarès ce Paris-Roubaix après lequel il courait depuis ses débuts. Épargné par la malchance, contrairement aux années précédentes, lors de cette 113eme édition, Sagan réalisait d’ailleurs à peine après l’arrivée. « C’est incroyable, j’étais tellement fatigué, j’ai eu de la chance cette année, je n’ai eu ni chute ni crevaison, j’ai pu garder de l’énergie jusqu’au final, j’ai attaqué au bon moment et j’ai pu tenir jusqu’à l’arrivée, je suis vraiment très précieux. C’est un groupe qui a gagné aujourd’hui, cette victoire est pour mes coéquipiers. C’est mon premier succès ici, c’est incroyable. C’est vraiment génial pour moi, j’ai vraiment fait de mon mieux. »

Van Avermaet attaque, Sagan contre

Un succès qui s’est dessiné à 54 km de l’arrivée, quand le charismatique Sagan a contré une attaque de l’un des autres vainqueurs potentiels du jour le Belge Greg Van Avermaet (BMC) pour accélérer à son tour, le tout sur un secteur non-pavé, alors que l’on attendait davantage le Slovaque sur ce terrain. Parti seul alors que les coureurs de la Quick-Step, Philippe Gilbert en tête, venaient de brûler quelques précieuses cartouches, Sagan est revenu sur Dillier, l’un des échappés du jour. Le scénario était écrit : le chevelu allait laisser le Suisse sur place et s’imposer en solitaire à Roubaix. Mais c’était sans compter sur les efforts de Dillier. Pourtant échappé à ce moment de la course depuis 200 km, l’ancien coureur de la BMC a résisté au train imprimé par le porteur du maillot arc-en-ciel, incapable de décramponner son concurrent, y compris dans le Carrefour de l’Arbre, même si le natif de Baden était tout près de partir à la faute. Mais il s’accrochait et allait disputer la victoire jusqu’au bout à Sagan, intransigeant sur le sprint et qui, comme souvent, s’en est sorti avec le dernier mot. Héro du dernier Tour des Flandres, le Néerlandais Niki Tesptra signe un nouveau podium sur l’Enfer du Nord, mais doit cette fois se contenter de la troisième place, juste devant l’un des autres animateurs de la course Van Avermaet. Peter Sagan, en ce qui le concerne, devient le premier champion du Monde à inscrire son nom au palmarès depuis Bernard Hinaut en… 1981. Le Slovaque remonte même le temps. Rien d’étonnant finalement venant d’une légende.

Côté français, à noter la mauvaise journée une fois de plus d'Arnaud Démare (Groupama-FDJ), qui avait pourtant donné rendez-vous à ses fans sur ce Paris-Roubaix 2018. Démare passé au travers, Marc Sarreau (Groupama-FDJ) termine premier Français, mais loin des meilleurs, à la 26eme place. Une journée à oublier pour les Tricolores. Mais sur l'Enfer du Nord, ça devient une habitude.

1- Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe), en 5h54'06"

2- Silvan Dillier (SUI/AG2R-La Mondiale), mt

3- Niki Terpstra (PBS/Quick-Step), à 57"

4- Greg Van Avermaet (BEL/BMC), à 1'34"

5- Jasper Stuyven (BEL/TRek-Segafredo), mt

6- Sep Vanmarcke (BEL/Education First-Drapac), mt

7- Nils Politt (ALL/Katusha-Alpecin), à 2'31"

8- Taylor Phinney (USA/Education First-Drapac), mt

9- Zdenek Stybar (RTC/Quick-Step), mt

10- Jens Debusschere (BEL/Lotto-Soudal), mt

...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU