Paris-Roubaix : Gilbert s'impose

Paris-Roubaix : Gilbert s'impose©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le dimanche 14 avril 2019 à 17h13

A 36 ans, Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) a remporté dimanche le premier Paris-Roubaix de sa magnifique carrière, lui qui comptait déjà trois Monuments à son palmarès avant de triompher sur le Vélodrome de Roubaix. Le Belge a dominé au sprint l'Allemand Nils Politt (Katusha-Alpecin), le seul à pouvoir tenir le rythme du champion dans les quinze derniers kilomètres.

Phénoménal Philippe Gilbert. A 36 ans, le champion belge a remporté son premier succès sur le Paris-Roubaix en dominant Nils Politt au sprint sur la ligne d'arrivée du Vélodrome de Roubaix. Il avait rejoint les couleurs de la Quick Step précisément dans ce but : remporter et le Tour des Flandres et le Paris-Roubaix, deux des classiques qui manquaient à son palmarès, pourtant colossal. Philippe Gilbert avait réglé son affaire au Tour des Flandres il y a deux ans. Seul lui manquait encore de triompher sur la Reine des Classiques. Depuis ce dimanche de rêve pour le natif de Verviers, c'est désormais chose faite. Et il ne manque désormais qu'un seul des cinq Monuments (le Milan-San Remo), à ce coureur de génie qui s'était d'abord fait connaître comme un redoutable puncheur avant de se révéler ensuite en dévoreur de classiques. Dimanche, Gilbert est en effet devenu le premier coureur depuis le légendaire Irlandais Sean Kelly à s'imposer dans quatre Monuments différents. Une semaine après avoir dû renoncer, malade, au Tour des Flandres alors qu'il tenait déjà la grande forme, le vétéran de la Deceuninck-Quick Step a tout mis en œuvre pour obtenir ce succès qu'il désirait tant.

Politt était battu d'avance 

Présent dans l'échappée (royale) finale, il a tenté à deux reprises de faire exploser Peter Sagan, qu'il savait plus rapide en cas d'arrivée groupée. Deux fois le Slovaque est revenu dans sa roue. Lorsque Politt, revenu faire la fonction lui aussi, a accéléré à son tour, le triple champion du Monde a marqué le coup. Pas Gilbert, déchaîné et qui s'est accroché, trop conscient du coup magique qui se présentait à lui s'il parvenait à rallier Roubaix aux côtés du jeune coureur allemand de la Katusha-Alpecin dont le seul coup d'éclat avait été une victoire d'étape sur le Tour d'Allemagne 2018. A partir du moment où Gilbert et Politt se sont retrouvés seuls à l'avant, comme le Belge et Sagan un peu plus tôt alors que le Carrefour de l'Arbre s'éloignait tout juste dans leur rétroviseur, la victoire ne semblait pas pouvoir échapper au plus chevronné des deux hommes. C'est même devenu une certitude quand l'écart a rapidement dépassé les 25 secondes. Alors, certes, Gilbert, connu pour être l'un des coureurs les plus rusés du peloton, ne pouvait se vanter que d'avoir remporté une étape du Tour de Provence cette saison. Mais son expérience, notamment de ce genre de situation, sa puissance ainsi que son flair ont gagé jusqu'à ce que son coup de rein ne laisse presque Politt sur place qu'il lèverait les bras un peu plus tard. Au même titre que c'est lui qui aurait l'honneur de soulever le mythique pavé remis traditionnellement au vainqueur de cet Enfer du Nord au nom évocateur et réservé aux forçats de la route. Philippe Gilbert, inarrêtable dimanche, en est le plus bel exemple.

CYCLISME - PARIS-ROUBAIX
Dimanche 14 avril 2019
1- Philippe Gilbert (BEL/Deceuninck-Quick Step), en 5h58'02"
2- Nils Politt (ALL/Katusha-Alpecin), mt
3- Yves Lampaert (BEL/Deceuninck-Quick Step), à 13"
4- Sep Vanmarcke (BEL/Education First), à 40"
5- Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe), à 42"
6- Florian Sénéchal (FRA/Deceuninck Quick Step), à 47"
7- Mike Teunissen (PBS/Jumbo-Visma), mt
8- Zdenek Stybar (RTC/Deceuninck-Quick Step), mt
9- Evaldas Siskevicius (LIT/Delko Marseille Provence), mt
10- Sebastian Langeveld (PBS/Education First), mt
...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.