Paris-Nice (E2) : Dylan Groenewegen a fait parler toute sa puissance

Paris-Nice (E2) : Dylan Groenewegen a fait parler toute sa puissance©Media365

Marie Mahé, publié le lundi 05 mars 2018 à 17h00

Ce lundi, le Néerlandais Dylan Groenewegen, ancien champion des Pays-Bas, s'est plutôt facilement adjugé au sprint la deuxième étape de Paris-Nice, devant Elia Viviani et André Greipel.

Cette fois, il n'y a pas eu photo. Si dimanche, sur la première étape, le Français Arnaud Démare a dû attendre la photo-finish avant d'être déclaré vainqueur, le Néerlandais Dylan Groenewegen n'a pas connu pareille aventure. Ce lundi, sur la deuxième étape de Paris-Nice reliant Orsonville à Vierzon, le cycliste (Lotto NL-Jumbo) s'est imposé au sprint devant l'Italien Elia Viviani (Quick-Step Floors) et l'Allemand André Greipel (Lotto-Soudal). Cinquième à l'arrivée, Arnaud Démare (Groupama-FDJ) reste en tête du classement général et conserve ainsi son maillot jaune de leader. Ce deuxième acte ne présentant aucun relief, il était donc logique que cette étape se termine ainsi. De plus, la course a démarré sur des bases particulièrement lentes (32,9km/h de moyenne sur les deux premières heures). Si aucun homme n'est parti en échappée à ce moment-là, Arnaud Démare, Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) et Christophe Laporte (Cofidis) se sont alors emparés des trois premières places du sprint intermédiaire de Patay.

Alaphilippe a grappillé quelques secondes de bonification

Après près de 100 kilomètres parcourus et déjà trois heures de course, un groupe de six a enfin pris les devants : Manuele Boaro (Bahrain-Merida), Oliver Naesen (AG2R La Mondiale), Anthony Delaplace (Fortuneo-Samsic), Tiago Machado (Katusha-Alpecin), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) et Lars Boom (LottoNL-Jumbo). Derrière, la Groupama-FDJ s'est alors mise à rouler, André Greipel et Dylan Groenewegen possédant des coéquipiers à l'avant. Vingt-cinq kilomètres plus tard, le duo Boaro-Machado s'est détaché alors que la jonction avec le peloton était en train de s'opérer. A ce moment-là, le peloton a laissé partir les deux hommes et s'est contenté de contrôler jusqu'à 4 kilomètres de l'arrivée, peu après le deuxième sprint intermédiaire. Lors de ce dernier, c'est le Français Julian Alaphilippe qui a sû tirer son épingle du jeu et grappiller une nouvelle précieuse seconde de bonification, sa troisième de la journée.

Quick-Step Floors a tenté le tout pour le tout

Les sprinteurs allaient donc pouvoir s'expliquer et c'est Dylan Groenewegen qui a facilement eu le dernier mot. Pourtant, la formation Quick-Step Floors a bien tenté un dernier coup, sous la flamme rouge, en prenant la tête tout en étirant le peloton. Elia Viviani a même laissé Alaphilippe attaquer dans l'ultime faux-plat montant mais l'Italien, placé dans la roue de son coéquipier, n'a ensuite pas été en mesure de remonter sur le vainqueur du jour. Grâce à ce précieux succès, le natif d'Amsterdam signe là sa cinquième victoire depuis le début de la saison 2018 et confirme ainsi sa montée en puissance. Le Néerlandais fait actuellement partie des meilleurs sprinteurs du moment et démontre encore une fois qu'il faudra vraiment se méfier de lui à l'avenir. Présent dans le sprint final, Arnaud Démare était trop juste pour rivaliser avec le vainqueur du jour et se classe cinquième.

Démare conserve son maillot jaune au moins une journée de plus

Dans les derniers mètres, le Français a même perdu la roue de son coéquipier Ramon Sinkeldam et pouvait donc difficilement espérer mieux. Cette place parmi le Top 5 lui permet, malgré tout, de conserver sa première position au classement général et donc son maillot jaune de leader. Le Tricolore devance de 10’’ son compatriote Julian Alaphilippe, qui a profité d'une cassure dans le peloton pour faire une belle remontée, et le Néerlandais Mike Teunissen (Sunweb) et l'Espagnol Gorka Izagirre (Bahrain-Merida) de 13’’. Pourtant, sa position ne tient plus qu'à un fil. L'étape de mardi entre Bourges et Châtel-Guyon devrait tout bouleverser avec un parcours particulièrement exigeant. La victoire d'un baroudeur n'est pas à exclure et des changements au classement général devraient intervenir.

CYCLISME - UCI WORLD TOUR / PARIS-NICE

2eme étape - Orsonville-Vierzon (187,5km) - Lundi 5 mars 2018

1- Dylan Groenewegen (PBS/LottoNL-Jumbo) en 4h51’31’’

2- Elia Viviani (ITA/Quick-Step Floors) m.t.

3- André Greipel (ALL/Loto-Soudal) m.t.

4- Phil Bauhaus (ALL/Sunweb) m.t.

5- Arnaud Démare (FRA/Groupama-FDJ) m.t.

6- Mike Teunissen (PBS/Sunweb) m.t.

7- Alexander Kristoff (NOR/UAE Team Emirates) m.t.

8- Jempy Drucker (LUX/BMC) m.t.

9- John Degenkolb (ALL/Trek-Segafredo) m.t.

10- Ivan Garcia Cortina (ESP/Bahrain-Merida) m.t.

...

Classement général à l’issue de la 2eme étape (sur 8)

1- Arnaud Démare (FRA/Groupama-FDJ) en 7h58’57’’

2- Julian Alaphilippe (FRA/Quick-Step Floors) à 10’’

3- Mike Teunissen (PBS/Sunweb) à 13’’

4- Gorka Izagirre (ESP/Bahrain-Merida) m.t.

5- Christophe Laporte (FRA/Cofidis) à 14’’

6- Tony Gallopin (FRA/AG2R La Mondiale) à 15’’

7- Heinrich Haussler (AUS/Bahrain-Merida) m.t.

8- John Degenkolb (ALL/Trek-Segafredo) m.t.

9- Tim Wellens (BEL/Lotto-Soudal) à 19’’

10- Esteban Chaves (COL/Mitchelton-Scott) à 21’’

...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU