Mondiaux 2022 (H) : Pour Alaphilippe, Voeckler veut encore y croire

Mondiaux 2022 (H) : Pour Alaphilippe, Voeckler veut encore y croire©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 03 septembre 2022 à 09h44

Thomas Voeckler a assuré ne pas vouloir prendre de décision anticipée concernant Julian Alaphilippe en vue des prochains Mondiaux, organisés à Wollongong.



Il est arrivé ce que Thomas Voeckler craignait. A l'occasion de la 11eme étape de la Vuelta 2022, Julian Alaphilippe a été victime d'une lourde chute. Blessé à l'épaule droite, le double champion du monde a été contraint à l'abandon mais, alors qu'une fracture de la clavicule était dans un premier temps suspectée, le coureur de l'équipe Quick-Step Alpha Vinyl ne souffre finalement que d'une luxation de l'épaule. Sélectionneur de l'équipe de France, Thomas Voeckler ne cache pas que cette blessure n'est pas une bonne nouvelle. « C'est un gros coup sur la tête pour l'équipe de France, d'autant qu'il était dans une phase d'approche idéale de l'événement, a confié l'ancien coureur dans des propos recueillis par l'AFP. Mais chaque chose en son temps, on va voir si on fait avec ou sans lui. » Toutefois, le patron des Bleus ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs. « Ce n'était pas une chute anodine, ça a tapé fort et bien sûr le temps ne joue pas en notre faveur. Mais il faut plus de recul, c'est encore tout frais. »

Voeckler : « Je n'ai pas à choisir entre Julian et un autre »

Ajoutant espérer « qu'il se rétablira au plus vite », Thomas Voeckler ajoute que le staff de l'équipe de France « en tirera les conclusions en temps utile ». Alors que Patrick Lefévère a récemment assuré que son coureur serait « trop court » pour participer aux Mondiaux, le sélectionneur des Bleus entend contacter le patron de l'équipe Quick-Step Alpha Vinyl au sujet du double champion du monde, ajoutant que « pour l'instant rien ne presse ». Néanmoins, une absence de Julian Alaphilippe à Wollongong ne serait pas sans conséquences pour l'équipe de France, qui ne pourrait pas remplacer le tenant du titre s'il devait faire défaut. « S'il est au départ, il y aura neuf coureurs de l'équipe de France et s'il n'est pas au départ, on a droit à huit coureurs, rappelle Thomas Voeckler. Donc je n'ai pas à choisir entre Julian et un autre. » A cela s'ajouterait une approche de l'épreuve bien différente. « L'équipe de France prendra le départ des championnats du monde avec des ambitions bien établies, mais je ne veux pas faire de langue de bois en disant qu'on aborde la course avec la même idée en tête si Julian est là ou non », prévient le sélectionneur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.