Milan-Sanremo : Le premier monument de la saison pour Julian Alaphilippe !

Milan-Sanremo : Le premier monument de la saison pour Julian Alaphilippe !©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 23 mars 2019 à 16h57

Dans une course où son équipe a tout fait pour le mettre dans les meilleures conditions, Julian Alaphilippe n'a pas déçu et a remporté Milan-Sanremo au sprint devant Oliver Naesen et Michal Kwiatkowski.

Il était le grand favori, Julian Alaphilippe n'a pas déçu ! Avec une équipe Deceuninck-Quick Step à ses ordres, le récent vainqueur des Strade Bianche a confirmé son début de saison canon avec un septième succès en 2019 et, sans aucun doute, le plus beau de sa carrière. Le premier Monument de la saison, et ses 291km entre la via della Chiesa Rossa dans Milan et la via Roma de Sanremo, a d'abord offert un scenario somme toute classique. Dès les dix premiers kilomètres, une échappée de dix coureurs a pris les devants avec notamment quatre membres de la formation Novo Nordisk, dont le Français Charles Planet. Un groupe relativement fourni qui a su collaborer pour prendre jusqu'à dix minutes d'avance sur un peloton au tempo géré par des équipes comme Bora-Hansgrohe et UAE Team Emirates. Il aura fallu attendre les 100 derniers kilomètres pour voir l'écart fondre très rapidement avec notamment Adam Hansen à la manœuvre pour l'équipe Lotto-Soudal.

Les Capi ont commencé le tri

La course a réellement démarré quand le peloton a atteint les Capi, cet enchaînement de trois difficultés (Capo Mele, Capo Cervo et Capo Berta) en une quinzaine de kilomètres après, déjà, 230km de course. Face à la fonte rapide de l'écart, l'échappée a commencé à se disloquer avec une accélération signée Sebastian Schönberger mais, à l'issue de l'escalade du Capo Berta, c'est l'Italien Fausto Masnada qui a émergé seul en tête de la course. Derrière, sans surprise alors que la Cipressa se profilait, c'est l'équipe Deceuninck-Quick Step qui a pris les rênes du peloton, ce qui a scellé le sort du gros de l'échappée, repris au pied de l'avant-dernière difficulté de cette 110eme édition de la « Classicissima ». Fausto Masnada, pour sa part, n'a pas résisté à la première moitié des 5,6km d'ascension à 4,1% de moyenne, marquée par une accélération de l'équipe Astana qui a commencé le nettoyage par le vide au sein du peloton. Une fois l'Italien repris, Lawson Craddock a accéléré pour l'équipe EF Education First avec, dans sa roue, Alejandro Valverde et Philippe Gilbert.

La Deceuninck-Quick Step à l'œuvre...

Une accélération qui n'a rien donné sauf une attaque presque kamikaze signée Niccolo Bonifazio dans la descente de la Cipressa. Natif de la région, le coureur de la formation Direct Energie a pris tous les risques sur une route sinueuse avec un peloton mené par l'équipe CCC, qui travaille pour Greg van Avermaet. L'offensive de l'Italien n'a pas duré bien longtemps avec la Deceuninck-Quick Step qui a pris un peu plus ses responsabilités dans le juge de paix de la « Primavera », le Poggio di Sanremo, avec Zdenek Stybar et Philippe Gilbert au service de Julian Alaphilippe. Un effort qui n'a pas permis de faire l'écrémage et le Français a même dû répondre à Simon Clarke, parti en force avec, un temps seulement, Anthony Turgis dans sa roue. Peter Sagan a fait la jonction pour former un groupe de sept coureurs de haut-vol, composé notamment de Michal Kwiatkowski, Matteo Trentin ou Alejandro Valverde.

...Alaphilippe a conclu en beauté sur la Via Roma !

Vincenzo Nibali, Tom Dumoulin ou Matej Mohoric sont revenus dans la descente du Poggio. Le champion d'Europe Matteo Trentin a tenté en premier de partir à deux kilomètres de l'arrivée avant que Mohoric ne place un premier démarrage à la flamme rouge. Le sprint a été lancé par le coureur de la Bahrain-Merida à 300 mètres de la ligne d'arrivée. Se sentant en jambes, Julian Alaphilippe a répondu en se mettant dans la roue du Slovène avant de contrer à 200 mètres du but. En costaud, le Français a su résister au retour d'Oliver Naesen, qui offre à la formation AG2R-La Mondiale un très beau podium alors que Michal Kwiatkowski, vainqueur en 2017, complète le podium. Troisième frustré cette même année, Julian Alaphilippe a converti son statut de favori en victoire dans le premier monument du cyclisme, son premier monument du cyclisme dans sa carrière qui vient couronner un début de saison canon de la part du Tricolore, dont c'est déjà la septième victoire en 2019. S'il avait fallu attendre 21 ans pour un succès français lors de la victoire d'Arnaud Démare en 2016, l'attente n'a pas été aussi longue cette fois et le clan tricolore s'offre un deuxième monument de suite après le succès de Thibaut Pinot sur le Tour de Lombardie l'an passé. Un succès de plus au plus haut niveau pour Julian Alaphilippe, qui en appelle d'autres.



CYCLISME / MILAN-SANREMO
Classement final (291km) - Samedi 23 mars 2019
1- Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step) en 6h40'14''
2- Oliver Naesen (BEL/AG2R-La Mondiale) mt
3- Michal Kwiatkowski (POL/Sky) mt
4- Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe) mt
5- Matej Mohoric (SLO/Bahrain-Merida) mt
6- Wout van Aert (BEL/Jumbo-Visma) mt
7- Alejandro Valverde (ESP/Movistar) mt
8- Vincenzo Nibali (ITA/Bahrain-Merida) mt
9- Simon Clarke (AUS/EF Education First) mt
10- Matteo Trentin (ITA/Mitchelton-Scott) mt
...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.