Marion Rousse : "Difficile de continuer à commenter"

Marion Rousse : "Difficile de continuer à commenter"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 29 septembre 2020 à 14h48

Compagne de Julian Alaphilippe, Marion Rousse, consultante pour France Télévisions, a eu du mal à commenter le sacre du Français dimanche aux Mondiaux d'Imola. Et elle n'a pu retenir ses larmes.



Après 23 ans d'attente, Julian Alaphilippe est devenu dimanche le premier Français champion du monde depuis Laurent Brochard en 1997. Un véritable accomplissement pour le coureur de 28 ans, qui a toujours fait de ce maillot arc-en-ciel son objectif. Après avoir semé ses six poursuivants (Jakob Fuglsang, Wout van Aert, Michal Kwiatkowski, Primoz Roglic et Marc Hirschi), il a franchi la ligne d'arrivée en larmes, et avait toujours les yeux embués lorsqu'il a ensuite évoqué "le rêve de (sa) carrière".

Marion Rousse "désolée"

Sa compagne Marion Rousse, consultante pour France Télévisions, a également pleuré en cabine, comme on a pu le voir sur une vidéo de l'ancien coureur Thor Hushovd, également devenu consultant. Submergée par l'émotion, elle n'a pas tout de suite réussi à s'exprimer, lâchant un "désolée" d'une voix chevrotante quand son collègue Laurent Jalabert a tenté de lui donner la parole pour réagir à cette performance historique.


"C'était beaucoup d'émotions. Il était difficile de continuer à commenter. Je me suis excusée. Je me suis dit : « Il faut que j'aille vivre le podium en direct, je ne peux pas passer à côté de ça ». J'ai fait du vélo moi-même, je sais combien Julian s'est sacrifié pour cela. La France est fière de lui. C'est un beau champion du monde, a-t-elle réagi ensuite dans une interview accordée à la chaîne flamande VTM Nieuws. Je suis très fière de lui. C'est fort d'annoncer en début d'année que ta saison va être axée sur les championnats du monde. La saison était particulière pour tout le monde, mais le maillot arc-en-ciel est resté l'objectif. Le parcours lui correspondait à la perfection. C'était comme dans un rêve."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.