Magnier : "C'était un rêve. Alaphilippe m'a présenté à toute l'équipe"

Magnier : "C'était un rêve. Alaphilippe m'a présenté à toute l'équipe" ©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 27 novembre 2023 à 23h50

Retenons bien le nom de Paul Magnier, en espérant qu'il ressurgisse de nombreuses fois dans les dix ou quinze années à venir.



Le jeune sprinteur français Paul Magnier, 19 ans, va être lancé dans le grand bain la saison prochaine au sein de l'équipe Soudal - Quick Step, l'armada de Julian Alaphilippe ou Remco Evenepoel. Dans un premier temps, il sera très essentiellement cantonné aux courses espoirs, mais c'est malgré tout la promesse d'un avenir rapidement radieux pour celui qui n'évoluait cette année que dans l'escouade britannique Trinity Racing. Troisième de l'Euro Espoirs, quatrième des Mondiaux juniors en 2022, c'est aussi dans cette équipe qu'il a pu se révéler en terminant deuxième d'une étape du Tour du Limousin au mois d'août, cette fois bel et bien chez les seniors.

"Je prends ça comme une étape"

Forcément, l'intéressé se dit "super content" (pour Ouest-France) de concrétiser des contacts qui durent depuis plusieurs années, stages à l'appui : "C'était un rêve pour moi de vivre de ma passion, mais quand tu arrives dans une équipe comme celle-ci... Ce n'est pas que j'ai l'impression que c'est normal, mais mon but c'est de gagner des courses désormais. Je prends ça comme une étape. Je suis déjà très fier d'en arriver là aussi jeune." Paul Magnier précise que Soudal - Quick Step est la seule équipe à avoir gardé le contact avec lui lorsqu'il a été touché par une mononucléose, plus tôt dans l'année.

Si sa préférence ne s'est pas portée sur une formation française, c'est parce qu'aucune ne lui proposait la saison passée de doubler route et VTT, ce qui était son souhait. Le voilà sous l'aile de Julian Alaphilippe, ce qui n'est pas le pire tutorat qui soit pour démarrer sa carrière au plus haut niveau : "C'est un super gars, il m'a présenté à toute l'équipe et m'a aidé pour le matériel. Il est impressionnant, il y a eu un très bon feeling rapidement. Il m'a dit qu'il avait aussi eu la mononucléose et m'a donné quelques conseils. Il m'a aussi dit qu'une fois que je savais que j'avais le moteur, c'est la motivation qui allait jouer sur les performances." D'avril à juin, Liège-Bastogne-Liège et le Giro - les deux en Espoirs - seront ses deux premiers grands objectifs de l'année, ainsi que le Tour de Bretagne seniors (fin avril).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.