Les confidences touchantes de Tanguy Turgis, retraité à 20 ans

Les confidences touchantes de Tanguy Turgis, retraité à 20 ans©Twitter @VitalConcept_CC, Media365
A lire aussi

Joseph RUIZ, publié le jeudi 11 avril 2019 à 10h00

Tanguy Turgis s'est livré dans un entretien accordé au Parisien à propos de sa retraite forcée à seulement 20 ans. « Quand on m'a annoncé que je ne pouvais plus faire de vélo, j'étais anéanti », confie-t-il.

Dimanche, ce sera le départ de Paris-Roubaix, mythique classique aux pavés. L'année dernière, un visage poupon avait émerveillé tout le monde à l'arrivée. A seulement 20 ans, Tanguy Turgis avait franchi la ligne d'arrivée sur le Vélodrome de Roubaix avec une incroyable 42eme place juste devant son frère Anthony Tugis. Il devenait alors le plus jeune coureur français de l'histoire à boucler l'épreuve. Quelques semaines plus tard, son monde s'est écroulé quand les médecins lui ont annoncé la fin de sa carrière pour une malformation cardiaque. C'est donc sans Tanguy Tugis, désormais en formation pour devenir directeur sportif, que Paris-Roubaix 2019 va avoir lieu.


"J'en avais ras le bol", avoue Turgis

Dans un entretien accordé au Parisien, Tanguy Turgis s'est confié après plusieurs mois terribles sur le plan psychologique et physique. « Moralement, j'essaye de relativiser. Quand on m'a annoncé que je ne pouvais plus faire de vélo, j'étais anéanti. Je suis resté plusieurs jours au fond du trou. (...) J'ai refait des crises, des malaises. J'en avais ras le bol, l'impression que ça n'en finirait jamais, qu'on remuait le couteau dans la plaie. J'ai eu peur pour moi, pour ma vie. Forcément, je suis devenu moins insouciant. J'ai été obligé de réfléchir à mon futur. Avant, ma vie était entièrement tournée vers le vélo. »

La reconstruction de Turgis en directeur sportif

La reconstruction a lentement commencé. Avec l'aide de sa famille et de Jérôme Pineau, son directeur sportif dans l'équipe Vital Concept BB Hotels, Tanguy Turgis a démarré des formations pour devenir à son tour directeur sportif. « C'était la bonne solution car ça m'a évité de trop ruminer. La perspective de rester dans le milieu cycliste m'a permis de commencer à faire un peu le deuil de ma carrière. Maintenant un autre regard. J'avoue que ça a été compliqué de regarder certaines courses sur mon canapé. J'espère devenir un bon directeur sportif ou un bon manager d'équipe. Au lieu de l'être à 40 ans, je le serai à 25 ans », résume-t-il, sourire aux lèvres, avouant qu'il sera « forcément » triste au départ de Paris-Roubaix, dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.