Le vélo de Froome avance-t-il tout seul ?

Le vélo de Froome avance-t-il tout seul ?©Panoramic

Texte 6Medias - Vidéo Cyclism'Actu TV, publié le lundi 04 septembre 2017 à 21h50

Chris Froome a-t-il été pris en flagrant délit de dopage mécanique ? Dans une vidéo, relayée par le journaliste de France 2, Thierry Vildary, on peut voir le vainqueur du Tour de France à l'arrivée de la 12e étape de la Vuelta, avancer sur son vélo, mais sans pédaler. "La meilleure façon de se reposer après l'arrivée est d'arrêter de pédaler", commente d'ailleurs le journaliste.

Une séquence qui a rapidement interpellé les observateurs et relancé le débat sur le dopage mécanique.



Dans un reportage diffusé dimanche, Stade 2 s'est justement intéressé aux contrôles mis en place par l'UCI pour lutter contre le dopage mécanique. Et selon l'ingénieur hongrois Istvan Varjas, le système de détection de moteurs sur les vélos ne serait pas vraiment fiable. Seuls les moteurs placés dans le cadre du vélo seraient détectables par les tablettes utilisées par l'UCI.

Dans un communiqué publié ce lundi, l'Union cycliste internationale s'est défendue, assurant que sa méthode de contrôle "basée sur la résonance magnétique a prouvé son efficacité, tant lors de ses tests que dans la pratique. Une efficacité confirmée par une étude réalisée par la société Microbac. L'imagerie thermique est également utilisée à l'occasion, tout comme les rayons X, même si ce procédé est compliqué à mettre en oeuvre".

Quant à Chris Froome, L'Express révélait en juillet dernier que le coureur de la Sky était dans le viseur de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique et de l'Agence française de lutte contre le dopage. "Durant les mois précédant le Tour 2016, nous avons recueilli des informations laissant penser que Chris Froome, entre autres, pouvait être tenté d'avoir recours à ce type de fraude. Nous avons mis en place un système de détection, mais celui-ci n'a permis de détecter aucune tricherie", avait déclaré une source à L'Express.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU