La Sky pointée du doigt

La Sky pointée du doigt©Media365
A lire aussi

Antoine Poussin, publié le lundi 05 mars 2018 à 11h56

Le Parlement britannique a publié ce lundi un rapport sur les pratiques médicales de la Sky.

La Sky est de nouveau accusée ! Après l'affaire de dopage ayant touché Christopher Froome, contrôlé positif au bronchodilatateur salbutamol en décembre dernier, c'est le Parlement britannique qui a publié ce lundi un rapport sur les pratiques médicales de l'équipe anglaise. Il a été effectué par la commission culture, médias et sport (DCMS) de la Chambre des communes et se base sur les témoignages de différents membres de la Sky, de la Fédération britannique (British Cycling) et de l'Agence antidopage britannique (UKAD). Un rapport qui dénonce fermement l'usage, par la formation cycliste, de médicaments visant à améliorer la performance des coureurs. Si l'agissement de Dave Brailsford n'était pas contraire au contrôle antidopage, lui et son équipe sont accusés d'avoir contourné le système, en utilisant ces médicaments dans un seul but sportif et non pas médical. Des agissements dont la Sky se défend, en répondant sur son compte Twitter : « Dans l'équipe Sky, nous nous sommes engagés à créer un environnement permettant aux coureurs d'être le plus performant tout en restant propres. »Le Parlement britannique ne s'est pas intéressé au cas de Christopher Froome. Il est revenu sur plusieurs affaires qui ont touché la Sky ces dernières années, dont les autorisations à usage thérapeutique (AUT) accordées à Bradley Wiggins en 2011, 2012 et 2013. La première étant un médicament donné lors du Critérium du Dauphiné en 2011 et l'autre, en 2012, de la triamcinolone, un corticoïde utilisé lors du Tour de France, remporté cette année-là par le coureur britannique. Des pratiques médicales douteuses qui font l'objet de véritables critiques envers l'équipe de Dave Brailsford. Sur l'affaire touchant le corticoïde, le Parlement britannique a déclaré : « Nous pensons que ce puissant corticoïde a été utilisé pour préparer Bradley Wiggins, et possiblement certains de ses équipiers, pour le Tour de France. Le but n'était pas de traiter un problème médical mais d'améliorer son rapport poids/puissance avant la course. » Bradley Wiggins a tout de même tenu à réagir vis-à-vis de ce rapport et a dénoncé catégoriquement les accusations portées dans ce document sur son compte Twitter : « Je trouve triste que des gens puissent être accusés pour des choses qu'ils n'ont jamais faites et qui sont considérées comme des faits. Je réfute fermement l'accusation selon laquelle des médicaments ont été utilisés sans raison médicale, » s'est-il exprimé.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU