L'UCI ouvre une enquête sur la chute d'Evenepoel

L'UCI ouvre une enquête sur la chute d'Evenepoel©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le samedi 29 août 2020 à 10h11

Alors qu'une vidéo où on voit le directeur sportif de Remco Evenepoel lui retirer un objet de la poche après sa spectaculaire chute fait le buzz, l'UCI a décidé d'ouvrir une enquête pour savoir "ce qui a pu être sorti de la poche" du prodige belge de la Deceuninck-Quick Step.


Que s'est-il passé lors de la violente chute de Remco Evenepoel (20  ans) sur le Tour de Lombardie ? L'Union cycliste internationale (UCI) a annoncé vendredi avoir diligenté une enquête à ce sujet, notamment suite à la diffusion d'une vidéo virale où on voit son directeur sportif, Davide Bramati, glisser sa main dans la poche arrière de son coureur et en retirer un objet. "Nous avons saisi la CADF (la fondation antidopage, ndlr) sur les images qu'on a pu voir à la télévision pour qu'elle mène son enquête, auditionne les personnes impliquées et qu'on en sache plus sur ce qui a pu être sorti de la poche de Remco Evenepoel", a déclaré David Lappartient, le président de l'UCI, à l'occasion d'un point presse organisé à Nice à la veille du grand départ du Tour de France. 

Alors que la polémique commençait à enfler sur les réseaux sociaux, Bramati s'était défendu dans les colonnes de Gazzetta dello Sport : "Ce n'était rien d'illégal. Je ne comprends pas comment on peut penser cela. Je me souviens que c'était un moment avec beaucoup d'excitation et qu'il était nécessaire de retirer les choses qui se trouvaient dans sa poche arrière car, peu de temps après, il allait être allongé sur la civière. J'ai donc emporté la radio, le gel, la barre, le sucre et pour éviter de les laisser par terre, et je les ai mis dans ma poche." Interrogé par Nieuwsblad, le directeur général de la formation belge s'est également expliqué sur l'affaire. "Davide Bramati est descendu dans le ravin après la chute de Remco et a enlevé tous les objets durs pour le protéger de blessures supplémentaires: son casque, sa radio et aussi une bouteille d'eau, explique Patrick Lefevere. Qu'y a-t-il dans une telle bouteille ? Du coca, du Red Bull ou un peu de caféine. Rien qui ne soit interdit. Il n'y a certainement pas d'analgésiques dans la nôtre, car notre équipe ne fait pas de conneries." 

Des données en question

Par ailleurs, l'UCI s'intéresse également aux données qui auraient été transmises depuis le vélo du prodige belge de la Deceuninck-Quick Step. "A un moment, le directeur sportif déclare qu'ils avaient pensé qu'il avait chuté parce qu'il avait cessé d'émettre ses données. De quelles données parle-t-on ?", a poursuivi Lappartient. "Il est interdit d'en transmettre un certain nombre. Nous sommes en train d'investiguer sur ce point. S'il s'agit juste de données de localisation, c'est différent. Ce sont les datas qu'on n'a pas le droit de transmettre." Le très prometteur Evenepoel souffre d'une fracture du bassin après cette très spectaculaire chute dans la descente du mur de Sormano.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.