Justice : La sanction de Bernard Sainz allégée en appel

Justice : La sanction de Bernard Sainz allégée en appel©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 27 février 2019 à 12h16

Condamné le 5 septembre 2017 a neuf mois de prison ferme et 20 000 euros d'amende pour incitation au dopage dans le monde cycliste amateur et semi-professionnel, Bernard Sainz a obtenu ce mercredi une réduction de sa peine à 12 mois avec sursis. Elle était initialement de neuf mois ferme.

Le sulfureux naturopathe, homéopathe et spécialiste des médecines naturelles Bernard Sainz, autrement connu sous le surnom de « Docteur Mabuse », a vu ce mercredi sa peine pour incitation au dopage allégée à 12 mois de prison avec sursis ainsi que 2 000 euros d'amende. Condamné en premier lieu à neuf mois de prison ferme et 20 000 euros d'amende le 5 septembre 2017, Bernard Sainz ne se dit toutefois pas satisfait, et fera appel devant la cour de cassation.

« Le sport est un peu moins le sport une fois qu'il est passé. »

Le procureur général Marc Faury avait requis en décembre dernier un alourdissement de la peine à trente mois d'emprisonnement (dont douze avec sursis). Le magistrat avait alors déclaré que « le sport est un peu moins le sport une fois qu'il est passé. » Le tribunal a finalement opté pour l'allègement de la peine de l'homéopathe de 75 ans, avec une relaxation complète concernant la période allant de mai 2007 au 5 juillet 2008. Les faits ultérieurs, du 5 juillet 2008 à novembre 2010, ont en revanche, quant à eux, été confirmés.

Bernard Sainz : « Je m'attendais à être relaxé purement et simplement. »

Une réduction de peine que le dit « Docteur Mabuse » juge insuffisante. A la suite du verdict, le naturopathe a expliqué qu'il « s'attendait à être relaxé purement et simplement. » Avant d'ajouter : « Je ne peux pas être satisfait pour des faits inexistants dans une affaire de dopage. Cet acharnement commence à être douloureux, surtout à 75 ans. »

Bernard Sainz n'en est toutefois pas à sa première comparution. En 2013, il avait été condamné pour une affaire de dopage concernant des chevaux de course, puis un an plus tard dans une autre affaire, cycliste cette fois. Et le combat judiciaire semble encore loin de son épilogue pour le "Docteur Mabuse". Entre fin 2017 et début 2018, le natif de Rennes avait été placé en détention provisoire pour « exercice illégal de la médecine » et « incitation à l'utilisation, par des sportifs, de substances ou méthodes dopantes interdites. » Une décision prise à la suite de la diffusion d'un reportage de « Cash Investigation », dans lequel le proclamé médecin avait été filmé en caméra caché en train de proposer de l'érythropoïétine (EPO) et du clenbutérol. Sacré CV !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.